© 2018 Armana Marsihés

SOLDAT À MARSEILLE EN 1916

En 1916, à Marsiho, l’avié mai de 4 000 presounié de guerro austrò-alemand que la màji-part travaiavon au traucamen dóu pertus de Rouve. Mai, noueste port viguè passa au tout 4 milien de sourdat vengu deis Empèri coulouniau francés e bretounen, que li fau pas óublida d’apoundre peréu lei troupo russo que li desbarquèron en abriéu. Aquélei-d’aqui ti prenguèron soun quartié à l’Estaco e eis Eigalado. Pas proun d’acò, Marsiho faguè la tèsto de pouont que ravitaiavo lou frouent. Vaqui coumo dins dès mes de tèms de l’an 1916, ti matèron 210 000 moutoun emai 42 000 buou. Enfin, Marsiho, terro d’aculimen pèr lei nafra, que fuguèron sougna dins un seissantenau d’espitau d’apoudoun vo de bastimen-espitau. Marsiho de passàgi ... Nouesto vilo perdeguè 10 000 de seis enfant sus lou front deis Uba dins la Grando Guerro...

J. C.

 

Segound un article de David Coquille (« La Marseillaise » 21.12.2014) sus l’espousicien : " Les Marseillais dans la Grande Guerre " eis Archiéu Municipau.

Il y avait à Marseille en 1916 plus de 4 000 prisonniers de guerre austro-allemands qui étaient presque tous affectés au percement du tunnel du Rove. Plus encore, notre port vit passer aussi 4 millions de soldats venus des empires français et britannique, sans oublier d’y ajouter aussi les troupes russes qui débarquèrent en avril. Celles-ci prirent leur quartier à l’Estaque et aux Aygalades. Par ailleurs, Marseille devint la  tête de pont pour ravitailler le front. En dix mois de 1916, 210 000 moutons et 42 000 bœufs furent abattus. Enfin, Marseille, terre d’accueil pour les blessés, soignés dans une soixantaine d’hôpitaux auxiliaires et de navires-hôpitaux. Marseille de passage…Notre ville a perdu 10 000 de ses fils sur le front du Nord pendant la Grande Guerre.

J. C.

 

Selon un article de David Coquille (« La Marseillaise » 21.12.2014) sur l'exposition : " Les Marseillais dans la Grande Guerre " aux Archives Municipales.

J.C.