© 2018 Armana Marsihés

ENTRÈVO EMÉ / ENTRETIEN AVEC

RUDY RICCIOTTI

UN ARCHITÈITE PROUVENÇAU FAMOUS DINS LOU MOUNDE ENTIÉ
UN ARCHITECTE PROVENÇAL CÉLÈBRE DANS LE MONDE ENTIER
(Cassis, 03/08/17)

1- À Marsiho, sias subretout counoueissu emé lou MuCEM. Tout musèu naciounau emai éuroupen qu'es, vous pensas qu'ague quaucarèn de bèn prouvençau ?

D'en plen ! Lou MuCEM es un territòri. Es pas soulamen un lue d'architeituro. Es un territòri estènt que si l'apounde lou Fouart Sant-Jan. Si l'apounde l'ourizount metafisi de la Mediterragno. Si l'apounde noueste regard sus la faciado mineralo peiroue de Marsiho, qu'es póussoue emai cauquiero. Si l'apounde tambèn la poutènci dóu port emé soun agensamen maritime siéu, sei quèi, sei do e sei bastimen. Mai enca, si l'apounde dins l'amiro dóu Fouart Sant-Jan uno visto bello coumo tout de N.-D.-de-la-Gàrdi, aquéstou signau cristi majourau de Marsiho e soun tarraire. Adounc lou MuCEM, es uno pourouseta, uno pourouseta emé soun relàrgui. Es uno pourouseta vertadiero. Mai es tambèn uno pourouseta imaginàri. E ço que fa que lou MuCEM agrade tant ei gènt s'apren clar au vesitaire qu'es capable de lou coumprendre. De lou coumprendre. Si partèjo. A un pau lou biais de Quasimodò, sabès, aquéu persounàgi que l'escupisson dessuto de-longo e que subran si n'en desamago uno tendresso, uno tendresso qu'esperavian pas. E lou MuCEM es la tendresso qu'esperavian pas dins aquelo envirouno de vióulènci semantico, poulitico e soucialo marsiheso. Tout-d'un-còup, aquel imaginàri tèndre èro pas previst pèr la sensibleta dei Marsihés, nimai deis estrangié. Car fau bèn dire que lou MuCEM rapresènto 8 milien d'entràgi en tres an. Quand li pènses, es espetaclous ! Lei vesitaire despènson l'un dins l'autre 100 eurò. Vesitaire que dei trei part, uno es naciounalo, uno internaciounalo, uno regiounalo. Fa quand mume 800 milien d'eurò enjita dins la microu-ecounoumié marsiheso. Es miés que toui leis ajudo publico despuei tant d'annado.L'a pas pus balès ! Mume an nivèu de l'Estat, l'a pas ges d'istitucien poulitico que pouesque ajuda Marsiho coumo v'a fa lou MuCEM. E acò countùnio emé peraqui 200 000 vesitaire pèr an. Es-à-dire 20 milien d'eurò despensa en cafè, en bierro, en pan-garni, en restò, en nue à l'oustalarié, en tàssi, en càrri ... dins la microu-ecounoumié. Es acò tambèn l'idèio dóu partàgi territouriau. E lou MuCEM parte d'acò. Dóu partàgi territouriau. Dóu partàgi. Es uno man pourgido. E à la questien, qu'aurié de prouvençau lou MuCEM ? Ebè a de prouvençau soun espressien architeituralo que si vis dins soun biais fragile emai sensible. Que si vis dins soun biais pestelarèu, verticau e tragi. Que si vis dins soun biais ferme, dre dins sei boto, e femenin. À-n-aquelo femenita propro à nouesto sensibleta de machò mieterran. Es foueço foueço roubuste dins sei counvicien, bord que d'un poun de visto escassamen scientifi, travaian aquito em'un betum de trìo, esperimentau en plen, e va sabès, lou MuCEM es coumpletamen esperimentau. N'aproufìchi pèr dire que se lou MuCEM es un record moundiau raport à la valour mecanico à la coumpressien, au tiramen, au flechimen, pèr aquesto meno de matèri : èro un record moundiau quouro va decidèri en 1992, èro un record moundiau quouro lou coumpliguèri e l'acabèri en 2013, v'es toujour en 2017. Pèr aro, es imbatable ! Bord que pèr lou batre fau n’agué de couar, de carnavello emai de roustoun, mi poudès crèire. Lou MuCEM, sabès, es vue milo pajo de carcu numeri defendudo pèr un enginaire d’elèi que li dien Rouman Ricciotti. Es moun fiéu. Es matematician. Regrèti de va dire. Mai coumo à l’epoco avié ges de tai e que l’avié pas un enginaire, pas un burèu de countourrole que va voulié faire, es éu que s’en óucupè... Siéu crespina qu’es pas de crèire, que ! Siéu crespina coumo pas un de pousqué fa estudia tout acò à-n-un matematician qu’èro proumié bèn endraia pèr veni cercaire après seis estùdi dins lei pus gràndeis escolo franceso coumo la dei Pouont. Li diguèri " Mai que li vas faire dins tout acò ? Revène dounc dins lei foundamento dóu mestié !". Aro tène soun gabinet d’engeniairié. E lou toutun deis estruturo tiblado dóu MuCEM en óubràgi, soun prouducho dins un relàrgui lun de cinquanto kiloumètre, pas mai. Adounc pèr tout acò, es prouvençau d’en plen. Lou MuCEM es uno asintoto matematico que soun óubediènci es prouvençalo, que soun acènt es prouvençau, que soun estruturo cougnitivo es prouvençalo, que sei counvicien emai sei crèire soun d'aquito. Lou counoueiguessias moun fiéu que dirias que iéu, pecaire, siéu un Parisen coumpara à-n-éu. Estènt que soun gabinet es à Bandòu. Sus lei miejour, éu va à la casso souto-marino. Buou que de vin dóu peïs emé lei grasihado vo lou pèis que van bèn. E puei fau dire qu’aquéstou d’aquito, si n’en bate, em’uno fouarço qu’arrìbi toujour pas de li crèire ! D’aiours, mei trei pichoun, quand lei regardas un pau, ebè soun parié. Moun einat, enginaire dei Pouont, matematician, a soun gabinet à Bandòu. Ma chato, touto clafido de diplomo qu'es, fa l’avoucato de dre publi, a soun gabinet à Bandòu. E moun fiéu, lou cago-nis, architèite, fa quàuquei tèms qu'a bèn vougu veni travaia emé soun paire... Si n’en bate tambèn. L’a pas un sus lei trei que vòu ana à Paris pèr li viéure, pas mai à Marsiho. Es interessant, noun ? Vouelon resta au vilàgi !

2- Aurié agu lou mume biais architeiturau lou MuCEM, se l’aguessias fa à Barcilouno, toujour en ribo de Mieterrano vo bèn aiours sus la façado atlantico, en Bretagno pèr eisèmple ?

Nàni. Soun biais sarié pas esta lou mume. Mai aurié agu lou mume biais sensible, escoutaire de soun envirouno. Sarié esta dóu mume biais ancious, peginous, perqué lou pegin, l’ànci es la sensibleta vertadiero de l’architèite. L’a plus qu’acò qu’es interessant. Tout lou countràri de l’imperialisme de la culturo. L’imperialisme culturau vous fa veni lou vòumi. Es l’uno dei darrièrei versien dóu gourrinùgi. Sabès, la culturo va à la destimbourlado. La culturo, aro, qu’es acò ? Es uno machino de proupagando acoutado à-n-un sentimen de coulabouracien. Vaquito. E d’aclinamen. La culturo a fabrica vuei lei segmen de l’aclinamen. La culturo es vengudo un istrumen de la coulabouracien. Coumprenès aquéu mot dins soun biais lou mai tragi. Lou mounde deis oubrié, lou mounde dei poulicié, lou mounde dei militàri, lou mounde de la santa pouerge talamen mai dins soun sacrifìci que lou mounde de la culturo.

 

3- Coumo vias la signaturo Rudy Ricciotti quand regardas vouèsteis obro architeituralo ? E qu’es au juste la part que vène de l’univers vouestre, deis elemen geouculturau dóu ròdou d’establimen, de l’empencho dóu moumen dins lou mounde de l'architeituro ?

D'abord, iéu siègui ges d’empencho. Fouguèssi un pau pretencious que vous diriéu que mi pènsi de n’encarna uno d’empencho, vers lei jouèineis architèite. Estènt qu'es mai aquélei d'aquito que mi pouerton sus la man, mi badon dins moun biais de faire. Lou plan es pas de segui Ricciotti dins soun estile, mume se d’ùnei va fan coumo de gamato. Mai es pulèu dins lou biais de vèire, valènt-à-dire coumo si fa soun idèio raport ei questien boulegado, raport ei respouonso que li fau bèn douna toucant l’ecounoumié, lou biais prati, l’architeituro, l’urbanisme, lou peïsàgi... Pourrian n’en parla d’ouro de tèms... Mai lou biais de Ricciotti es mai aquéu de l’ànci. Iéu, siéu un architèite ancious. Ai pòu. Iéu, ço que li travaìi dessuto, n’ai pòu. D’aiours, siéu un cago-ei-braio d'architèite. Es-à-dire que màndi mei coulabouraire à la bastounado. Lei màndi au frouont. Sabès, un pau coumo dins lei trencado vo dins lei vehicule de l'avans blinda (VAB) vo lei para. Iéu, fau lou generau d'armado e màndi meis assistant-sourdat si fa peta lou mourre au frouont dei questien. Lei màndi. E puei coumo mi fan fisanço, li van. Perqué si dien : "Lou patroun, éu, saup ce que fa". Es crudèu, noun ?..."Lou patroun, éu, saup ce que fa"!... E mi creson, leis uei barra. Mai d'un autre las, quouro anan à l'arrambàgi, li vau en tèsto. Es iéu que mi mèti à l'asard, es pas élei. Verai que quouro anan à l'arrambàgi, sabèn que faudra sagata, coupa, faire nouèstei presounaire coumo va disié Lawrence d'Arabie, es-à-dire dóu poun de visto dóutrinàri. Noun siéu pas dubert à toui leis idèio. N’en crèsi pas un mot. Vouèli pas mi fa metre [espèri que pourrés revira acò en prouvençau]. Vouèli pas mi fa metre dounc e siéu pas dubert au mounde, m'interèsso pas tant qu’acò. La gloubalisacien es l'acèssi dóu gourrinùgi en revival. E si saup bèn vuei qu'uno scèno de cuou emé Rocco Siffredi es bèn mens vulgàri qu'uno declaracien poulitico à France Culture. E que lou "pouliticamen courrèit", coumo dien, es la radiero versien dóu gourrinùgi lou mai tirani. E dounc Rudy Ricciotti au-jour-d’uei, es aquesto grosso mesfisanço, aquelo ànci grandarasso e subretout aquelo paranouïa dei grosso raport ei pervalènt d'uno culturo vengudo miserablo que n’en souerte uno óudour de pourrimen qu’es pas de crèire.

4- Quand vous diéu lingo prouvençalo. En qu pensas, en que pensas ?

Trei còup segur en Mistral. Aquel eros. D’aquel eros... Tant si pourrié mume dire aquéu pensaire ? Mai diriéu mai qu’acò. Diriéu aquéu diéu pouliti. Que ço que m’interèsso es mai lou coustat pouliti. Nous adues au còup lou tròup e la mesuranço. Lou tròup estènt que de revendica l’identita qu’es de-longo mau-visto dins aquéu peïs e subretout despuei lei filousofe american que nous fan caga emé la descoustrucien e lou tron de l’èr. Bord que nous dien que l’identita es quaucarèn de la drecho estrèmo. E moun vié ! Es pas quaucarèn de la drecho estrèmo ! L’identita es un dre. E nàutrei, n’avèn uno d’identita. E de l’autre coustat, nous mando peréu ei valour que nouèstei fraire si batèron pèr élei, valènt-à-dire la Revoulucien, mume se prenguè puei un marrit camin en venènt un malastre d’un poun de visto patrimouniau, culturau... Mai sian quand mume de Republican. E lei Prouvençau fouguèron pas lei darrié de si reüni à la Republico, que sàchi. Mume se Marsiho, emé lou chaple dei Jacoubin au Fouart Sant-Jan, faguè vèire qu’avié tèsto duro. E aquito siéu quàsi fourça de cita Barbey D'Aurevilly. Aquel aristoucrato gagna eis idèio voltairiano, faguè un libre qu’es un oumenàgi ei fremo devers 1875. Si rendè comte qu’èro pas de soun epoco. Troubavo que sa pountannado èro foueço foueço vulgàri. E troubavo lei laïque de soun camp couioun coumo la luno. Lei troubavo croutesc subretout raport à l'anticlericalisme. Si diguè qu’èro un pau tròup, que tout acò tenié pas dre. Iéu siéu un ome qu’es pas à soun aise dins soun

epoco. Siéu pas dóu siècle XXe. Enca mens dóu siècle XXIe. Iéu siéu pulèu un ome dóu siècle XIXe que buou d’absinto vo que tubo à Marsiho dins lei cafè 'mé l’oupium en manjant d’agrume que soun oulour s'escampo sus Port-Vièi. Iéu mi siéu troumpa d’epoco. Sàbi pas ço que fau aquito.

5- E quouro dian culturo e tradicien prouvençalo, respoundrias dóu mume biais ?

Quand èri joueine, qu’èri couioun, mi trufàvi de tout acò. Perqué mi pensàvi que culturo e tradicien prouvençalo, acò èro risible. Vias un pau. Mi pensàvi que Pagnol nous avié escagassa, que nous avié coupa lou vié, coupa leis auriho emai decervela. Aro souvèti que Diéu nous apare de proutegi lei tradicien prouvençalo. Mi pènsi que leis afouga dei tradicien prouvençalo noun sabon pas coumo es impourtant ço que fan e coumo va bèn plus lun que lou soulet relàrgui tarradouren en prenènt un camin militant em’un biais mai pouliti gramarci Diéu. Sias aquito pèr nous sauva, sias aquito pèr nous apara. Coumbatès ! Coumbatès ! Coumbatès mei fraire ! Que toueis aquélei tradicien, que siegon prouvençalo, vo bretouno, vo savouiardo, vo alsaciano, vo corso vo bèn basco... nous gardèsson d’aquéu gourrinùgi groussié qu’es la gloubalisacien e que li vènon s’apoundre quàuqueis escourriho cougnitivo pourtado pèr de mot pourqueirous que vous farien veni lou vòumi coumo councetuau vo minimau.

6 - Pèr vous, en que bouon trasmetre lei lingo regiounalo ei ciéutaden dóu siècle XXIe ? Es pas un pau causo perdudo ? Vo qu’es de bachiquello ?

Es uno causo indispensablo. Adounc countunien d’espera pèr èstre enca un pau diferènt dóu coumun. Pèr èstre un pau sus lou fin. Pèr èstre un pau dins la nuanço. Pèr èstre un pau dins lou coumplèisse. Pèr èstre un pau dins la narracien. Pèr èstre un pau dins lou raconte. Pèr èstre un pau dins la passien. Pèr èstre enca un pau dins la coumpassien. Pèr èstre un pau dins lei valour, aquélei qu’óublidan tròup souvènt. Aquéstei valour que quouro lei poudès enca un pau touca dóu det, nous vène lou plourun.

7- La counsideressian coumo un lengàgi vo mume uno lingo, l'architeituro, pourrié revira uno autro lingo ?

L'architeituro, es l’espressien poulitico de la culturo de soun tèms. S’enca pousquessian l'arriba, bord que vuei es pulèu l’espressien dóu vulgàri de soun tèms. Acò's proun aclapant. Jamai l'architeituro es estado autant mitadiero que despuei leis annado 1970. Mume la fin dóu siècle XIXe, counsiderado coumo dins soun tremount, a pas grand cavo de vèire emé lou vulgàri d’encuei. 99,9 % de ço que vous fan dins l’architeiruro franceso es descounvenènt. Mai es coumo pèr lou manja, dins l'alimentàri ... que 99,9 % es de merdo ! De proudu dangeirous !

8- À voueste vejaire, l’a uno architeituro regiounalo prouvençalo que sarié la marco de noueste territòri ? Vo bèn restan pulèu dins un mouvamen internaciounau nourmalisa ?

Fau bèn dire que l'architeituro prouvençalo deis annado 1960 à 1980, fuguè un terro-tremo apichounissènt. Iéu, aviéu parla d’acò coumo d’uno djihad prouvençalo. Es-à-dire que radicalisè nouesto identita. Radicalisè nouèstei peïsàgi. Radicalisè nouèstei biais de resouna. Fuguè menado pèr de plan ecounoumi pipo-sang, aquélei dei marchand de matèri, dei bastissèire d’oustau pèr lei particulié... Menado pèr aquéstei trasso de bastard en qu aurian degu aplica la charia pèr tout lou mau que faguèron à nouesto Prouvènço. E quand vias aquélei loutejamen de vila prouvençalo que fan passa pas miés que l’ahiranço, lou vòumi, lou mesprés à respèt de nouesto Santo Terro... Iéu pantaiàvi à-n-uno epoco de manda lei MiG-27 de la Jamahiriya libiano pèr fin que pousquèsson fa peta aquéstei loutejamen dins un uiau luminous poulicrome à jour fali, un pau coumo dins un filme de Zeffirelli. Car fin finalo aquesto idèio prouvençalo deis annado 1960-1970 à respèt de l'architeituro, es que de counarié dei pus militanto e dei pus destrùssi. E au mume moumen, es aquelo qu’avié lou mai assassina leis escrituro, lei memòri, lou gàubi architeiturau que vuei, pecaire, n'avèn plus gaire de trai, aleva bèn segur dóu patrimòni architeiturau prouvençau qu’a panca pati. Mai l’a plus ges d'espressien vivènto de ço que pourrié bèn èstre aquesto architeituro prouvençalo. La souleto cavo que pouèsqui avança es soun biais mounou-vira. Viro l’esquino au mistrau, à l’uba, e si duerbe devers lou miejour. Acò’s uno marco que chanjo gaire. Es mineralo. Es pas metalino, es mineralo. A lou goust dóu parmesan. A dóu froumàgi de cabro un pau se. Vaquito.

9- Se falié auboura un mounumen à l'imàgi de la lingo e l'identita prouvençalo, coumo sarié fa pèr Ricciotti ?

Ebè, un còup de mai emé lou persounàgi emblèmo de Prouvènço d’aquéu qu’es à la drecho de Diéu, Frederi Mistral. E perqué pas uno coupo remandant à l'idèio de la coupo d’argènt pleno de Castèu-Nòu-dóu-Papo, celebrado en cantant aquel inne patrioto prouvençau en oumenàgi ei fraire patrioto catalan.

10- Paris, vilo oulimpico 2024 e de facto, Marsiho pèr leis esprovo de vèlo. Qu'es lou mounumen que pourrié inmourtalisa aquel evenimen planetàri dins la ciéutat fouceienco à la glòri dei JO tout autant qu'à-n-aquelo de la decano dei vilo franceso ?

Proumié, Paris, à moun idèio, a toujour aquesto croio de voulé de-longo resta l'embouligo de la Franço. Noun vouelon jamai rèn douna. Tout vèn bèn pèr agué lei sòu de l'Estat e lei fa envesti en Ilo-de-Franço. Es enca uno magagno, un còup de mai, pèr arriba que la picaio anèsse en Ilo-de-Franço e noun en prouvinço. Voudriéu simplamen ramenta que la mita dóu buget de l'Estat passo en Ilo-de-Franço que li vivon lei 20% de la poupulacien franceso quand lei 80% an pus que de si parteja l'autro mita dóu buget. Quouro fau de loujamen souciau dins lou miejour, bastìssi à 1200-1300 eurò dóu m2. Quouro n'en fau à la Pouarto d'Auteui, coumo n'ai vendu l'an passa, siéu à 2300 eurò dóu m2. Vaquito. Sian pas dins la mumo Franço. Avèn jamai lei mùmei sòu. E viéu dins tout acò de tiranìo.

11- De-bouon sias l’ourquidouclasto de l'architeituro coumo va dien de pertout ? S’es verai, coumo v'esplica claramen ?

Lou mot ourquidouclasto mi fuguè baia pèr un siquiatre que mi venguè un jour coumo acò : " Aro ai coumprés qu sias. Sias un ourquidouclasto". Li rebequèri : "Mai que vòu dire acò ?". Mi diguè : "Acò vèn dóu gregau orkhis (testicule, couioun, roustoun) e klastós (roumpu)... es-à-dire "roumpecouioun" ! Quouro Laetitia Masson faguè aquéstou filme sus iéu, li prepauvèri lou titre que vaquito : Lou roumpe-couioun, l’ourquidouclasto. Que pèr de-bouon, n'en siéu un de roumpe-couioun pèr l'architeituro franceso estènt que delongo fau de critico, que de-longo m’en vau contro. Es moun biais d’èstre naturau. Talamen que fau que m’escóundi, làissi meis assistant parla à ma plaço, que siéu tròup verinous. Pouèdi dire à meis assistant coumo acò : "Venès, m’anas ajuda, l’anan li coupa lei couioun ! anan li fa peta sa merdo, m’en bàti ! Bardacho !..." e que sàbi enca... E après leis assistant prènon la seguido en diant : "Bouon Moussu Ricciotti es pas talamen d'acord ... Contro-isto que ..." Vias un pau. E quouro fau un debat publi, mume meis enemi li vènon pèr mi vèire. Es ansinto pèr eisèmple qu’un jour faguèri uno counf'. Faguèri l’empèri coumo jamai. Èro à Brussello. Faguèri uno counferènci davans 1200 persouno. Si pòu imagina ço qu’es. Pèr dire que siéu escouta e subretout tambèn pèr meis enemi que mi vènon vèire. Dounc se siéu lou roumpe-couioun que dien, mi pènsi que va fau coumprendre dins uno amiro salutàri. Va vouèli bèn crèire. Mai acoto es bèn verai, mi tàisi pas vo gaire, perqué vuei, ço qu’es lou mai pourqueirous, es peréu, de-la dóu pouliticamen courreit, es lou silènci. Noun reguigna, es croutesc, es criticable.

 

12- Dóu mume biais, vous subre-noumessian lou troubadour de l’architeituro, que n’en dirias ?

Troubadour, noun. Mume se lou mot m’agrado foueço. Estènt que noun siéu pas un sauto-en-banco. Noun siéu pas un artisto-musician que s'acountènto de pas grand cavo. Iéu siéu pulèu dins la draio de la tradicien antico roumano. Mi sènti pulèu dins la tradicien de la Legien de Roumo, sabès. Mi sènti legiounàri de Roumo emé la messien d’apara, civilisa, pacifica un territòri, basti un pouerto-aigo. Mi sènti en respounsableta. E dounc noun siéu desrespounsabilisa coumo pourrié v’èstre lou troubadour vo bèn aquéu que si prene pèr un artisto, en metènt poussible que d'èstre un artisto vous desrespounsabilise pouliticamen. Siéu pas counsènt pèr aquéu patricot. Dóu mume biais amèti pas lou mot utoupié. Viéu dins aquéu mot utoupié, que mi farié veni lou vòumi, tout ço que vous farié deja renouncia à-n-un mounde meiour. Adounc iéu, ai pulèu uno amiro militarisado de la pensado demoucratico, es-à-dire republicano mai coumo la de la Republico de Roumo. E entendu coumo acò, mi sènti uno respounsableta aclapanto. D'aiours, siéu aclapa pèr la respounsableta.

13- E que n’en pensas de l’eisèmple fres de la peiriero antico de la Courdarié à Marsiho ? Coumo si pòu acourda l’asegaduro dóu territòri emé l’aparamen dóu patrimòni?

Siéu foueço regardaire pèr fin que lei vilo perdon pas sa memòri. E Marsiho es pas tant richo en memòri qu'acò. E mi pènsi que la peiriero que n’en parlan es foundairis de l’enavans bastissèire, dóu raconte de la coustrucien de la vilo. Es la pèiro d’óurigino. La faudrié garda. Puei, toucant l’idèio de basti elo-memo, mi crèsi que l’aura un autre proujèt emé de derougacien pèr que garden aquéu patrimòni tout en utourisant, perqué noun, de basti en dessuto sus de pilot. E l’un pòu ana emé l’autre. Mai lou proublèmo à Marsiho, dirias que l’a rèn qu’es poussible. Que tout ço qu’es inteligènt, generous, es pas poussible. Alor que siéu trei còup segur que se fasian vèire eis estajan un contro-proujèt em’un oustalas gracious, pauva sus de pilot passant demié lei muro, e que lei gènt li pourrien fa la vesito à l’oumbrino, l’aurié uno counsentido vertadiero. D’autant mai qu’aquelo meno de proujèt sus de peiriero, si n’es ja vist autro-part !

14- Coumo va vias l’aveni de noueste Armana marsihés ? Que dirias pèr nous encouraja ?

 

Mi pènsi que vouesto revisto tène la bouono astrado pèr veni uno revisto poulitico, entendu dins soun biais noble e noun dins soun biais partisan, de gaucho vo de drecho. Polis, es-àdire la vesien, l’amenistracien d'uno pensado sus la vilo. E mi pènsi que vouesto revisto duou fa valé sa moudernita touto, en questiounant toui lei gènt d’elèi, dins toui lei relàrgui. Pèr eisèmple, l’un dei grand proufessour de medecino en Franço que li dien Raoult travaio à Marsiho... L’a touto uno draio de recerco en matematico à Lumìni emé de gènt de trìo... Fau qu’aquelo revisto prouvençalo fague siéuno quaucarèn d’autre que lou fóuclore soulet, dins l’ativisme de la vido vidanto, dins l’ativisme de l’ecounoumié, dins la pensado, dins la recerco, dins la medecino... Trei còup segur, lou fóuclore, es pas l’enemi de la culturo, mai pòu pas à-n-éu soulet rapresenta l’espressien dóu biais prouvençau. A uno respounsableta lou fóuclore. Duou peréu resta à sa plaço. Es dins la simboulico coumo quand fèn trinqueto, vias, e anan turta touei dous. Au moumen que turtan, sian dins la simboulico de l’amista. E lou fóuclore es tambèn acò. Es pas fouarço fourçado negatiéu. E puei, quand tastan lou vin, es un autre moumen. E quand lou vin vous encigalo, es enca autro cavo. Adounc faudrié que leis afouga dóu fóuclore prouvençau coumprenguèsson que se vouelon pas dorbi lou fóuclore à-n-uno amiro poulitico, roumantico, inteleitualo, endustrialo, sabènto... la coundanon à mouart nouesto identita.

1- À Marseille, vous êtes notamment connu pour le MuCEM. Tout musée national à dimension européenne qu’il est, exprime-t-il une provençalité selon vous ? 

 

Absolument ! Le MuCEM est un territoire. Il n'est pas uniquement un lieu architectural. Il est un territoire parce qu'il associe le Fort St Jean. Il associe l'horizon métaphysique de la Méditerranée. Il associe le regard sur la façade minérale de pierre de Marseille, qui est faite de poussière et de calcaire. Il associe également la puissance portuaire avec cet ordre maritime qui est celui des quais, des Docks et des navires. Et il associe aussi le Fort St Jean avec la perspective au loin de N.-D.-de-la-Garde, à ce repère christique essentiel dans le territoire marseillais. Donc le MuCEM, c'est une porosité, une porosité spatiale. C'est une porosité réelle. Mais c'est aussi une porosité imaginaire. Et le succès populaire du MuCEM est directement lié à cette capacité qu'a le visiteur à le comprendre. A le comprendre. Il se partage. Il a un côté Quasimodo, ce personnage sur lequel on crache sans arrêt et qui d'un seul coup dégage une tendresse, une tendresse que l'on n'attendait pas. Et le MuCEM c'est la tendresse que l'on n’attendait pas dans ce climat de violence sémantique, politique, sociale, marseillaise. D'un seul coup, cet imaginaire tendre était imprévu pour la sensibilité des Marseillais, mais aussi des étrangers. Parce que le MuCEM c'est huit millions d'entrées en 3 ans, c'est colossal, avec quand même 100 euros en moyenne dépensés par les visiteurs, un tiers nationaux, un tiers internationaux, un tiers régionaux. Ça fait quand même 800 millions d'euros diffusés dans la micro-économie marseillaise. C'est mieux que n'importe quelle aide publique depuis tant d'années. C'est imbattable ! Aucune institution politique même au rang de l'Etat ne peut aider Marseille comme l'a fait le MuCEM. Et ça continue parce que c'est près de 200 000 visiteurs par an. C'est-à-dire 200 millions d'euros dépensés en cafés, en bières, en sandwichs, en restos, en nuits d'hôtel, en taxis, en bus ... dans la micro-économie. C'est ça aussi l'idée du partage territorial. Et le MuCEM part de ça. De partage territorial. De partage. C'est une main tendue. Et à la question, qu'aurait-il de provençal ? Il a de provençal son expression architecturale dans le sens où il est fragile et sensible. Dans le sens où il est décisif, vertical et tragique. Dans le sens où il est ferme, raide dans ses bottes, et féminin. Il a cette féminité propre à notre sensibilité de machos méditerranéens. Il est extrêmement robuste dans ses convictions, parce que d'un point de vue strictement scientifique, on travaille là avec un béton d'exception, totalement expérimental, et vous le savez, le MuCEM est totalement expérimental. Et j'en profite pour dire que si le MuCEM est un record mondial en matière de valeur mécanique à la compression, à la traction, à la flexion, dans ce type de matériaux, il était un record mondial lorsque je le décidai en 1992, il était un record mondial lorsque je le réalisai et l'achevai en 2013, il est toujours en 2017. Il est imbattable pour l'instant. Parce que pour le battre, il faut vraiment avoir du coeur, de la cervelle et des couilles. Vous savez, le MuCEM c'est huit mille pages de calculs numériques défendues par un ingénieur exceptionnel qui s'appelle Romain Ricciotti, c'est mon fils. Je suis désolé de vous le dire. Il est mathématicien. Et comme il n'avait pas beaucoup de boulot à l'époque, c'est lui qui s'en est occupé. Parce qu'aucun ingénieur pouvait le faire, aucun bureau de contrôle pouvait contrôler ... J'ai une chance incroyable ! J'ai une chance incroyable de pouvoir faire étudier tout ça par un mathématicien qui était prévu pour être chercheur en mathématiques après avoir fait les plus grandes écoles françaises dont l’école nationale des Ponts et Chaussées. Je lui ai dit "Mais qu'est-ce que tu vas faire là-dedans ? Reviens dans les fondamentaux du métier !". Il a maintenant son cabinet d'ingénierie. Et la totalité des structures tendues du MuCEM en ouvrage, sont produites dans un rayon de 50 km. Donc en ce sens, c'est totalement provençal. Le MuCEM est une asymptote mathématique d'obédience provençale, à l'accent provençal, à la structure cognitive provençale, aux convictions et aux croyances provençales. Et si vous connaissiez mon fils, vous verriez que moi, je suis un Parisien à côté de lui. Parce que, lui, son cabinet est à Bandol. Entre midi et deux, il va faire de la chasse sous-marine. Il boit que des vins du sud avec les grillades, le poisson. Mais alors lui, lui, il en a rien à foutre, mais avec une force !...  Je trouve ça assez incroyable d'ailleurs. Mes trois enfants sont pareils. Mon fils aîné, ingénieur des Ponts, mathématicien, a son cabinet à Bandol. Ma fille est avocate de droit public, pleine de diplômes, elle a son cabinet à Bandol. Et mon fils, le dernier, architecte, daigne depuis quelques temps venir travailler un peu avec son père. Il en a rien à foutre. Il n'y en a aucun des trois qui veut aller vivre à Paris, ni même à Marseille, c'est intéressant. Ils veulent rester au village !

 

 

 

 

2- Et si vous aviez fait le MuCEM à Barcelone, toujours sur la Méditerranée, ou bien ailleurs sur la façade atlantique, en Bretagne par exemple, aurait-il eu la même allure ? 

 

Non, il n'aurait pas eu la même allure, mais il aurait eu la même attitude sensible, à l'écoute du contexte. Il aurait été de la même manière anxieux, inquiet, parce que l'inquiétude, l'anxiété est l'authentique sensibilité de l'architecte. Il n'y a plus que ça d'intéressant. C'est pas l'impérialisme culturel. L'impérialisme culturel est dégoûtant. C'est une des dernières versions de la pornographie. Vous savez la culture n'a plus tellement de sens. La culture, c'est quoi ? C'est une machine de propagande adossée à un sentiment de collaboration. Voilà. Et de soumission. La culture a fabriqué les segments de la soumission aujourd'hui. La culture est devenue un instrument de la collaboration. Au sens le plus tragique du terme. Le monde ouvrier, le monde policier, le monde militaire, le monde médical a tellement plus de brillant dans son sacrifice que le monde de la culture. 

 

 

3- Comment définissez-vous la signature Rudy Ricciotti à travers vos œuvres architecturales ?  Et la part laissée à votre univers personnel, aux données géoculturelles du site d'implantation, à la tendance du moment dans le monde de l'architecture ? 

 

D'abord, je ne suis aucune tendance. Si j'étais un peu prétentieux, je vous dirais que je pense en incarner une de tendance, chez les très jeunes architectes. Parce que les très jeunes architectes ont beaucoup d'estime, d'admiration pour l'attitude qui est la mienne. L'idée c'est pas de suivre Ricciotti stylistiquement, même si certains le font maladroitement. Mais c'est plutôt dans l'attitude, ou comment se positionner par rapport à des questions posées, par rapport aux réponses que l'on doit accorder en termes économiques, fonctionnels, architecturaux, urbains, paysagers ... On pourrait développer pendant des heures ... Mais l'attitude Ricciotti c'est celle de l'anxiété. Moi, je suis un architecte anxieux. J'ai peur. Moi, ce que je travaille, j'ai peur. D'ailleurs, je suis un architecte lâche. C'est-à-dire que j'envoie mes assistants à la baston. Je les envoie au front. Tu sais, comme dans les tranchées ou dans les véhicules de l'avant blindé (VAB) ou les paras. Moi, je suis un général d'armée et j'envoie mes assistants se faire péter la tronche au front des questions. Je les envoie. Et puis comme ils me font confiance, ils y vont. Parce qu’ils se disent : "Le patron, il sait ce qu'il fait". C'est atroce, non ? ..."Le patron, il sait ce qu'il fait !"... Et ils me croient, les yeux fermés. Mais d'un autre côté, lorsqu'on va à l'abordage, j'y vais en premier. C'est moi qui m'expose, c'est pas eux. Car quand on va à l'abordage, on sait qu'il va falloir saigner, couper, faire nos prisonneurs comme disait Lawrence d'Arabie, c'est-à-dire du point de vue doctrinaire. Je ne suis pas du tout ouvert à toutes les idées. Je n'en crois pas un mot. Je refuse de me faire enculer (j’espère que vous pourrez traduire ça en provençal)... Je refuse de me faire enculer et je ne suis pas ouvert au monde, ça m'intéresse pas tant que ça. La globalisation c'est l'accessit de la pornographie en revival. Et on sait aujourd'hui qu'une scène X avec Rocco Siffredi est beaucoup moins vulgaire qu'une déclaration politique sur France Culture. Et que le politiquement correct est l'ultime version de la pornographie la plus tyrannique. Et donc Rudy Ricciotti aujourd'hui, c'est cette grande méfiance, cette grande anxiété et surtout cette grande paranoïa par rapport aux ersatz d'une culture devenue misérable dont s'émane une odeur de putréfaction incroyable.  

4- Si je vous dis langue provençale. Vous pensez à qui, à quoi ? 

 

Evidemment Mistral. Ce héros. Ce héros ... Est-ce qu'on peut dire ce penseur ? Je dirais plus que ça. Je dirais ce Dieu politique. Ce qui m'intéresse chez Mistral c'est la figure politique. Il nous amène à la fois l'excès et la mesure. A la fois l'excès, parce que revendiquer l'identité qui a été toujours été suspecte dans ce pays et encore notamment depuis les philosophes américains où on nous fait chier avec la déconstruction et compagnie. Car on nous dit que l'identité est un truc d'extrême droite. Et mon vié ! C'est pas un truc d'extrême droite. L'identité c'est un droit. Et nous en avons une, nous, d'identité. Et de l'autre côté, il nous ramène aussi aux valeurs pour lesquelles nos frères ont combattu, c'est-à-dire la Révolution même si elle a dérapé en étant catastrophique du point de vue patrimonial, culturel ... Et là je dois citer Barbey D'Aurevilly. Mais nous sommes quand même des Républicains. Et que les Provençaux n'ont pas été les derniers à se rattacher à la République, que je sache. Même si Marseille, avec le massacre des Jacobins au Fort Saint-Jean, a montré qu'elle était tête dure. Alors pourquoi j'ai cité Barbey d'Aurevilly. Cet aristocrate acquis aux idées voltairiennes, fit un livre qui est un hommage aux femmes en 1875, par là. Il découvre qu'il n'est pas de son époque. Il trouve sa période extrêmenent vulgaire. Et il trouve les laïques de son camp ridicules. Il les trouve grotesques notamment par rapport à l'anticléricalisme. Il trouve que c'est excessif, que c'est pas fondé. Je suis un homme mal à l'aise dans son époque. Je ne suis pas du XXe siècle. Encore moins du XXIe. Moi je suis plutôt un homme du XIXe qui boit de l'absinthe ou qui fume à Marseille dans les cafés à opium en mangeant des agrumes dont l'odeur se répand sur le Vieux-Port. Je me suis trompé d'époque. Je ne sais pas ce que je fous là. 

5- Et si je dis culture et traditions provençales on est dans le même type de réponse ? 

 

Quand j'étais jeune, que j'étais un couillon, je me moquais de ça. Parce que je pensais que culture et traditions provençales, c'était ridicule, vous voyez. Je pensais que Pagnol nous avait massacré, il nous avait coupé la bite, coupé les oreilles et écervelé. Aujourd'hui je me dis que Dieu nous protège de protéger les traditions provençales. Je pense que les amateurs de traditions provençales n'ont aucune idée de l'importance de leur action qui dépasse le cadre folklorique et prend une forme militante à l'attitude la plus politique grâce à Dieu. Vous êtes là pour nous sauver, vous êtes là pour nous protéger. Combattez ! Combattez ! Combattez mes frères ! Que toutes ces traditions provençales, qu'elles soient provençales, bretonnes, savoyardes, alsaciennes, corses ou basques... nous préservent de cette vulgarité pornographique qu'est la globalisation augmentée de quelques scories cognitives portées par des mots aussi dégueulasses et obscènes que le mot conceptuel ou minimal.

 

 

6- Selon vous, quel intérêt de transmettre les langues régionales aux citoyens du XXIe siècle ? N'est-ce pas cause perdue ? Ou futile ? 

 

C'est une cause indispensable. Donc on continue à espérer d’être encore un peu distingués. À être un peu raffinés. Être un peu nuancés. Être un peu dans la complexité. Être un peu dans la narration. Être un peu dans le récit. Être un peu dans la passion. Être un peu dans la compassion. À être un peu dans les valeurs, mon frère... Être un peu dans les valeurs, celles que nous oublions trop souvent. Celles qui, lorsqu'on les touche encore un peu du doigt, nous donnent envie de pleurer. 

 

7- Si l'architecture est langage voire langue, peut-elle traduire une autre langue ? 

 

L'architecture, c'est l'expression politique de la culture de son époque. Si tant est que l'on y arrive, parce qu'aujourd'hui c'est l'expression de la vulgarité de son époque. C'est assez accablant. L'architecture n'a jamais été aussi médiocre depuis les années 1970. Même la fin du XIXe, qui est considérée comme décadente, n'a rien de commun avec cette vulgarité de notre période. 99, 9 % de la production architecturale française sont indécents. Mais c'est comme dans la nourriture, dans l'alimentaire ... 99,9 % c'est de la merde ! Des produits dangeureux !

 

 

8- Y a-ti-il selon vous aujourd'hui une architecture régionale, provençale ou bien nous restons plutôt dans un mouvement international "standard" ? 

 

Il faut bien dire que l'architecture provençale des années 1960 à 1980, ça a été un cataclysme réducteur. Moi j'appelais ça la djihad provençale. C'est-à-dire qu'elle a radicalisé notre identité. Elle a radicalisé nos paysages. Elle a radicalisé nos raisonnements. Elle a été portée par des schémas économiques vampires : des marchands de matériaux, des constructeurs de maisons individuelles... Par ces espèces de bâtards à qui on aurait dû appliquer la charia pour le mal qu'ils ont fait à la Provence. Quand on voit ces lotissements de villas provençales qui n'expriment que haine, dégoût, mépris à l'égard de notre Sainte Terre. Et je rêvais à une époque de faire passer les MiG-27 de la Jamahiriya libyenne pour que tels dans un film de Zeffirelli, ils puissent bombarder ces lotissements de villas provençales dans un éclair lumineux polychrome au soleil couchant. Et finalement cette idée provençale dans les années 1960-1970 à l'égard de l'architecture, ce n'est que l'expression de la connerie la plus militante, la plus dévastatrice. Et au même moment, celle qui avait le plus assassiné les écritures, les mémoires, le savoir-faire architectural dont aujourd'hui, on n'a plus de traces, sauf évidemment le patrimoine encore intact de l'architecture provençale. Mais il n'y a plus d'expression vivante de ce que pourrait être l'architecture provençale. La seule chose que je puisse avancer est que l'architecture provençale est mono-orientée. Elle tourne le dos au mistral, au nord, et elle s'ouvre vers le sud. C'est une constante. Elle est minérale. Elle n'est pas métallique, elle est minérale. Elle a le goût du parmesan. Elle a le goût du fromage de chèvre un peu sec. Voilà. 

 

9- Si l'on devait dresser un monument à l'image la langue et l'identité provençale, quelle allure aurait-il selon Ricciotti ? 

 

Toujours la figure emblématique de celui qui est à droite de Dieu, Frédéric Mistral. Et pourquoi pas une coupe renvoyant à l'idée de la coupe en argent remplie de Château-Neuf-du-Pape, célébrée en chantant cet hymne patriote provençal en hommage aux frères patriotes catalans.

 

10 - Paris, ville olympique 2024 et de facto, Marseille pour les épreuves de voile. Quel monument pourrait immortaliser cet événement planétaire dans la cité phocéenne à la gloire des JO tout autant qu'à celle de la doyenne des villes françaises ? 

 

Tout d'abord, je trouve ça d'une prétention pour Paris de toujours vouloir être au centre de la France. Ils ne veulent rien lâcher. Tout est prétexte pour capter les budgets de l'Etat et les faire investir en Île-de-France. C'est encore un montage, une fois de plus, pour faire que le pognon aille en Île-de-France et pas en province. Je voudrais juste rappeler que la moitié du budget de l'Etat est dépensé en Île-de-France où vit 20% de la population française et 80% de la population française doit se partager l'autre moitié du budget. Lorsque je fais du logement social dans le sud je construis à 1200-1300 euros du m2. Quand j'en fais à la Porte d'Auteuil, comme j'ai livré l'année dernière, je suis à 2300 euros du m2. Voilà. On n'est pas dans la même France. On n'a jamais les mêmes budgets. Et je trouve ça tyrannique.  

 

11- Êtes-vous vraiment l'orchidoclaste de l'architecture que l'on dit ? Si oui, en quoi concrètement ? 

 

Le mot orchidoclaste m'a été révélé par psychiatre qui un jour m'a dit : " J'ai compris qui vous êtes. Vous êtes un orchidoclaste". Je lui dis : "Ça veut dire quoi ?". Il me dit : "Ça vient du grec orkhis (testicule, couille) et klastós (brisé)... c'est-à-dire casse-couille" ! Lorsque Laetitia Masson a fait ce film sur moi, je lui ai fait suggérer ce titre : Le casse-couille, l'orchidoclaste. Oui, je suis le casse-couille de l'architecture française parce que je génère des critiques permanentes, des objections. C'est naturel chez moi. À tel point qu'il faut que des fois je me cache, que je laisse des assistants s'exprimer à ma place, parce que je suis trop violent. Je peux dire à mes assistants : "Venez, vous allez m'aider, on va lui couper les couilles ! On va lui nettoyer sa merde, j'en ai rien à foutre ! Enculé !..." et  tout ça ... Et après les assistants prennent le relai en disant : "Bon Monsieur Ricciotti n'est pas tellement d'accord ... Il objecte que ..." Vous voyez. Et lorsque je fais un débat public, même mes ennemis viennent me voir. Vous voyez par exemple un jour j'ai fait une conf’. Mon plus gros succès. C'était à Bruxelles. J'ai fait une conférence devant 1200 personnes. On peut imaginer ce que c'est. Donc je suis écouté et même surtout par mes ennemis qui viennent me voir. Donc si je suis considéré comme un casse-couille, je pense que c'est au sens salutaire. J'ose imaginer que c'est ça. Mais c'est vrai, je ne me tais pas ou peu. Parce qu'aujourd'hui, ce qui est le plus obscène, c'est aussi, au-delà du politiquement correct, le silence. Ne pas protester, c'est grotesque, c'est critiquable. 

 

12- Et si l'on vous disait pareillement le troubadour de l'architecture ? Par rapport à la définition que vous lui accordez ?

 

Troubadour, non. Même si j'adore le mot. Car je ne suis absolument pas un saltimbanque. Je ne suis absolument pas un artiste-musicien qui a besoin de peu de biens. Moi je suis plutôt issu de la tradition antique romaine. Je me sens plutôt dans la tradition de la Légion de Rome. Je me sens légionnaire de Rome avec pour mission de défendre, civiliser, pacifier un territoire, construire un acqueduc. Je me sens en responsabilité. Et donc je ne suis pas du tout déresponsabilisé comme le pourrait être le troubadour ou celui qui se prend pour un artiste, si tant est que l'idée d'être artiste te déresponsabilise politiquement. Je ne marche pas dans cette combine. De la même manière que je n'accepte pas le mot utopie. Je trouve le mot utopie absolument dégueulasse parce qu'il incarne déjà le renoncement à un futur meilleur. Donc moi, j'ai plutôt une vision militarisée de la pensée démocratique, c'est-à-dire républicaine mais au sens de la République de Rome. Et en ce sens, je me sens une responsabilité écrasante. Et d'ailleurs, je suis écrasé par la responsabilité.

13- A travers l'exemple brûlant des carrières antiques de la Corderie, quelle est votre position ? Jusqu'où doit-on concilier aménagement du territoire (promotion immobilière) et préservation du patrimoine (promotion culturelle et touristique) ?

 

Je suis très attentif à ce que les villes conservent leur mémoire. Et Marseille n'est pas riche en mémoire. Et je pense que cette carrière est fondatrice de l'énergie constructive, du récit constructif de la ville. C'est la pierre d'origine. Elle devrait être conservée. Après, sur l'acte de bâtir lui-même, je pense que cela va faire l'objet d'un autre projet avec des modes dérogatoires pour qu'on conserve ce patrimoine tout en autorisant, pourquoi pas, au-dessus sur pilotis des constructions. C'est pas incompatible. Mais le problème à Marseille, on a l'impression que rien n'est possible. Que rien d'intelligent, de généreux, n'est possible. Alors que je suis persuadé que si l'on montrait un contre-projet aux habitants avec un bâtiment gracieux, sur pilotis qui passe entre les vestiges, que les gens puissent visiter à l'ombre, il y aurait une véritable adhésion. D'autant que ce type de projet sur des carrières, ça a été fait ailleurs !

  

 

14- Quel avenir prédisez-vous à notre Armana marsihés ? Vos encouragements ?

 

Je pense que votre revue a pour destin de devenir une revue politique au sens noble du terme. Pas au sens partisan, gauche ou droite. Polis, c'est-à-dire la vision, l'administration d'une pensée sur la ville. Et je pense qu'elle doit faire valoir toute sa modernité en interrogeant tous les gens brillants, dans tous les domaines. Par exemple, un des plus grands professeurs de médecine en France qui s'appelle Raoult travaille à Marseille... Il y a un courant de mathématiques à Luminy avec des gens d'exception... Il faut que cette revue provençale fasse sienne autre chose que le seul le folklore, dans l'activisme quotidien, dans l'activisme de l'économie, dans la pensée, dans la recherche, dans la médecine... Le folklore n'étant évidemment pas un ennemi de la culture mais il ne peut pas à lui seul couvrir l'expression de la provençalité. Il a une responsabilité. Il doit aussi savoir rester à sa place. Il est dans la symbolique comme le moment où on trinque, tu vois, et on va trinquer tous les deux. Au moment où l'on trinque, c'est la symbolique de l'amitié. Et le folklore c'est ça aussi. C'est pas forcément négatif. Et après, la dégustation du vin, c'est un autre moment. Et l'ivresse du vin, c'est encore autre chose. Donc il faut que les amateurs de folklore provençal comprennent bien que s'ils ne souhaitent pas ouvrir le folklore à un panorama politique, romantique, intellectuel, industriel, savant ... Ils condamnent à mort notre identité.