© 2018 Armana Marsihés

PROVENCE, PATRIE

MONDIALE DU CINÉMA

Quand fa de cinema, lou peïs dóu pastis e dei cigalo juego pas la coumèdi…

 

Despuei la proujeicien à gràtis dóu proumié filme dei fraire Loueïs e Gustàvi Lumière lou 28 de setèmbre de 1895 à La Ciéutat – l'uno dei proumiero de l’istòri moundialo dóu cinema –, la Prouvènço calo pas d'ispira lei cineasto e lei proudutur de touto farino. De Pagnol[1] à Guédiguian, en passant pèr Verneuil, Girod, Hugon, Jugnot, Serreau, Carrese vo Carpita, li travaion tóutei pèr fa sei metràgi siegue court, siegue long vo pèr enregistra sei messàgi de reclamo. Es ensinto, qu'emé sei 500 filme de tourna chasque an, nouesto regien seguisse la regien parisenco à la segoundo plaço naciounalo. E Marsiho, rèsto sèmpre la vilo prouvençalo que passo lou mai dins lei filme en Franço (après la capitalo, Paris) emé sei 1 000 jour de filmàgi à l’annado. En mai d'acò, pas proun fièro d'agué à La Ciéutat, L'Eden, qu'es la plus vièio salo de l'istòri dóu cinema moundiau e que tèn enca dre, Prouvènço chasque an fa sa bello à Cano emé soun Festenau. Inagura lou 20 de setèmbre de 1946, lou Festenau de Cano fuguè tre la fin de la guerro la pu grosso acampado internaciounalo pèr la culturo. Enca vuei, es l'acamp cinematougrafi lou mai impourtant dins lou mounde emé sei 30.000 gènt dóu cinema acredita pèr l'evenimen e sei 4 000 journalisto.

 

Mai au just coumo acò va que Prouvènço l'agrado talamen au mounde dei filme ? Fau recounouisse que quand s'agis de li trouba d'esplico à tout aquel afaire, avèn pas d'ana bèn lun pèr dire acò : li fa bèu tèms quàsi de longo, lou souléu li baio sa pu bello clarta 2 500 ouro de tèms dins l'an, lei païsàgi emai lei mounumen se n'en voulès n'en vaquito demié peraqui 2000 edifìci vo mounumen istouri. Mai, un cineasto pòu travaia se va vòu dins d'estudiò d'enregistramen coumo aquélei pèr eisèmple dóu Pòli Multimedia de la Bello-de-Mai à Marsiho qu'an just-e-just dins soun amiro de recampa lei 15 % de la prouducien naciounalo dei filme. Un Pòli qu'es lou soulet endré coumo acò en Éuropo que leis entre-presso li pouedon coumunica e li faire d'escàmbi. Pèr douna un eisèmple, es aquito que fan sourti pèr Franço 3 la tras que famoue serìo Plus Belle La vie que marcho fouart : 6 milien de Francés la regardon chasque souar, que pèr entèndre quaucun emé l’acènt marsihés, pecaire, si fau leva d’ouro !

 

V'aurés coumprés, Prouvènço a tout ce que fau pèr garda sa bouono plaço souto la capo dóu soulèu de l'art seten... 

 

LOU TUR

[1] Pagnol es éu lou bèu proumié que s’enreguè tre leis annado 30 emé sa trilougié Marius, Fanny, Cesar en impauvant Marsiho pèr cèntre de filmàgi e que dounè soun lustre au cinema parlant en Franço.

Quand il fait du cinéma, le pays du pastis et des cigales ne joue pas la comédie…

Depuis la projection gratuite du premier film des frères Louis et Gustave Lumière le 28 septembre 1895 à La Ciotat – l'une des toutes premières de l’histoire mondiale du cinéma –, la Provence n’a de cesse d'inspirer les cinéastes et les producteurs de toutes sortes. De Pagnol à Guédiguian, en passant par Verneuil, Girod, Hugon, Jugnot, Serreau, Carrese ou Carpita, ils choisissent tous d’y travailler pour leurs courts ou longs métrages ou pour enregistrer de spots publicitaires. C’est ainsi, qu'avec ses 500 films tournés chaque an, notre région suit la région parisienne à la seconde place nationale. Et Marseille, reste toujours la ville provençale qui passe le plus dans les films en France (après la capitale, Paris) avec ses 1 000 jours de tournage à l’année. Ajouté à cela, pas assez fière d’abriter à La Ciotat, L'Eden, qui reste la plus ancienne salle encore conservée de l'histoire du cinéma mondial, la Provence chaque année se pavane à Cannes avec son Festival. Inauguré le 20 septembre 1946, le Festival de Cannes devint dès la fin de la guerre le plus grand rassemblement culturel international. Il reste encore aujourd’hui le R.D.V. cinématographique le plus important au monde avec ses 30.000 professionnels du cinéma accrédités pour l’événement et ses 4 000 journalistes.

Mais en fin de compte comment se fait-il que la Provence attire autant le monde du cinéma ? Il faut reconnaître que lorsqu’il s’agit de trouver quelques explications à tout cela, nous n’avons pas besoin d’aller bien loin pour dire ce qui suit : la quasi permanence du beau temps, avec un soleil qui lui offre dans sa plus belle clarté 2500 heures d’ensoleillement par an, des paysages variés et d’innombrables monuments parmi environ 2000 édifices ou monuments historiques. Plus encore, un cinéaste peut, s’il le décrire, travailler dans des studios d'enregistrement comme ceux par exemple du Pôle Multimédia de la Belle-de-Mai à Marseille dont l’objectif est précisément de capter les 15% de la production nationale des films. Un Pôle quasi unique en son genre en Europe où les entreprises peuvent y communiquer et échanger. Pour donner un exemple, c’est là qu’est produite par France 3 la fameuse série Plus Belle La vie dont le succès est certain : 6 millions de Français la regardent chaque soir, avec ce constat – qui fait beaucoup parler – que les comédiens à l’accent marseillais ne sont hélas pas nombreux !

Vous l’aurez compris, la Provence a tout ce qu’il faut pour garder une place devant sous le soleil du 7ème art ...  

LE TEUR

Jean-Michel TURC