© 2018 Armana Marsihés

OLÉOCANTHOL ET PROPRIÉTÉ ANTI-INFLAMMATOIRE

Hòu, coulègo ! L'ibuproufène, counouissès ? N'en devès empassa de longo e n'avès lei plènei braio d’aquéu proudu que vous douno de cremour à l’estouma ? Alor vaquito ço que nous dis uno bravo dóutouresso[1] de la bouono saco. V'anas pas crèire ! Pamens ... Sarié bèn couioun que seguessias pas sei counsèu ... Figuras-vous que l’ouleoucantòu, que s'atrobo dins l’òli d’óulivo vièrgi, tèn de vertu anti-enflamativo bouonodi un pichot coumpausat que l'es dedins ! E aquéu coumpausat agisse d'un biais qu'es pas de dire pèr loucha contro l’enflamacien just e just coumo fa l’ibuproufène que soun princìpi anti-enflamatiéu aro es vengu coumun e qu'es counouissu dins lou negòci souto lei noum de Nurofen® vo d'Advil®. E quand mesuras coumo es councentra dins l’òli d’óulivo vièrgi, coumprenès clar qu'en prenènt cade jour quatre gros cuié (50 ml), avès vouéstei 5 à 10 mg d'ouleoucantòu ! Verai qu'em’aquesto doso d’ouleoucantòu, sias pas segur de vous leva lou mau de tèsto que rapresènto 10%, de la doso eficaço d’ibuproufène, pas mai. Pamens, leis autour de l’estùdi vous afourtisson qu’un counsume regulié d’òli d’óulivo vièrgi pòu, à long terme, preveni contro d’ùnei malautié crounico enflamativo coumo la pouliartetico raumatouïdo enflamativo, lei malautié cardiouvasculàri, ùnei tipe de cancèr…. En un mot, fin-finalo, prenen dounc d’òli en salado, dins lou tian ! Coungousten-si 'mé d’aiòli e bouten d’òli dins touto la cousino ! Noueste òli dóu bouon[2] dèu resta l'uno dei clau de nouesto pitanço emai de la vido en pleno santa !

 

L'óuliveiret

 

[1] Lou dóutour Anno LAURENT (AFIDOL), en 2005, faguè lou rendu-comte d’un estùdi mena pèr lou Dr BEAUCHAMP dóu cèntre de recerco Monell Chemical Senses à Filadelfìo e publica dins la revisto NATURE.

[2] Leis òli aroumatisa si gardon coumo l’òli (dins un vèire acoulouri vo tencha) : à la sousto de la lus, dóu caud, dins un endré se e alena. Coumo acò, la counservacien sara de 12 à 18 mes.

Eh les amis ! L’ibuprofène, vous connaissez ? Vous devez en avaler pas mal et en avoir marre de ce produit qui vous donne des brûlures à l’estomac ? Alors voilà ce que nous apprend une brave doctoresse[1]  :
C’est incroyable ! Pourtant on serait bien bête de ne pas suivre ses conseils. En effet,  l’oléocanthol qui se trouve dans l’huile d’olive vierge, possède les propriétés anti-inflammatoires d’un composé mineur présent dans cette huile.  Le mode d’action de ce composé dans la lutte contre l’inflammation est similaire à celui de l’ibuprofène, célèbre principe actif anti-inflammatoire, plus connu sous ses noms commerciaux : Nurofen® ou Advil®.
D’après les concentrations mesurées dans l’huile d’olive vierge, on peut conclure qu’une personne qui consomme 50 ml d’huile d’olive vierge par jour (4 cuillérées à soupe), absorbe entre 5 et 10 mg d’oléocanthol.
À cette quantité, l’efficacité de l’oléocanthol n’est pas suffisante pour soigner un mal de tête puisqu’elle représente 10% de la dose efficace d’ibuprofène. Cependant, les auteurs affirment qu’une consommation régulière d’huile d’olive vierge peut avoir, à long terme, un effet préventif vis-vis de certaines maladies chroniques inflammatoires, polyarthrite rhumatoïde inflammatoire, maladies cardio-vasculaires, certains types de cancers,…
En conclusion, prenons de l’huile en salade, dans les préparations, régalons-nous d’aiòli, mettons de l’huile dans tous les plats. Notre précieuse huile[2] doit rester la clef de la nourriture et de la vie en pleine santé !

L'óuliveiret

 

[1] Le docteur Anne LAURENT (AFIDOL), dans Le Nouvel Olivier n°48  nov/déc 2005, rend compte d’une étude menée par le Dr BEAUCHAMP du centre de recherche Monell Chemical Senses à Philadelphie et publiée dans la revue NATURE.

[2] Leis òli aroumatisa si gardon coumo l’òli (dins un vèire acoulouri vo tencha) : à la sousto de la lus, dóu caud, dins un endré se e alena. Coumo acò, la counservacien sara de 12 à 18 mes.

L'Ouliveiret