© 2018 Armana Marsihés

MARSIHO

Frédéric MISTRAL
Lou Felibre de Bello-Visto 1857

I

A tèms à veni, Marsiho sara la plus bello vilo de Franço.

 

Marsiho, la vilo dóu soulèu e de la mar, emé si dous cènt milo amo, deja passo Lioun, la vilo dóu fangas e de la nèblo. Paris, emé soun Louvre souloumbrous, emé si Téularié pourtant malur en quau li trèvo, Paris emé si lòngui carrierasso que fan desespera de vèire un bréu de champ, Paris emé si vàsti plaço clavelado de palais, mai descaladado tan de cop pèr la misèri, Paris pòu s’avisa.

 

A bèu èstre, la pèiro, taiado e retaiado, e fustejado e’scrincelado, touti li mounumen, tóuti li galarié, tóuti li panteon, soun que parpello d’agasso, au respèt de la visto qu’à Nostro-Damo-de-la-Gàrdi, s’esperlongo pereilalin.

 

La man de l’ome, es-ti poussible que luche emé la man de Diéu ?

 

II

Aquéu soulèu tan gai, tan calourènt, tan sanitous, que fortifico lou cor dou pople coume un cigau de vin de la Margo,

 

Que dauro emé d’or pur lou front di pescadou,

E fai belugueja l’iue negre di chatouno ;

 

aquel èr linde e blu que fai vanta l’auceloun, emai n’ague pa’nvejo, e que fasié dire au troubadou Pèire Vidal, despatria dins l’ilo de Cipre :

 

Ab l’alen tir ves me l’aire

Qu’iéu sènt venir  de Proènsa...

Qu’om no sab tan dous repaire

Com de Rose tro qu’à Vènsa,

Si com claus mars e Durènsa !

Ni ont tan fis jois s’esclaire !

que fasié souspira Bernat de Ventadorn, quand cantavo si cansoun à la duquesso de Nourmandìo :

Quand la dousso aura vènta

De ves nostre païs,

M’es vejaire qu’iéu sènta

Odor de Paradis !

 

aquelo bello encountrado qu’a fa dire à un escrivan celèbre, que n’a pas toujou tan bèn di, un jour que i’arribè pèr mar e que lou vènt-terrau boufavo :

 

« Marsiho es uno magnefico vilo que countrarìo e desplais au proumier abord pèr la rudesso de soun climat e de sis abitant. L’on se ie fai pamens, car san èi lou founs d’aquéu climat, e bon lou founs d’aquélis abitant. Se coumpren que lou brutalige dou mistrau, li coulèro de la mar, e lis escandihado d’un implacable soulèu, poscon s’acoustuma, en trouvant aqui, dins uno ciéuta oupulènto, touti li ressourço de la civilisacioun, e en travessant, sus un entrevalle de quauco estendudo, aquelo Prouvènço autan estranjo e autan bello en forço endré, que forço endré un pau trop vanta de l’Italìo; »

 

Aquelo mar claro de Prouvènço que, de ce qu’èi tan bello, ie restarias cènt an davans à regarda courre lis erso e boulegueja li risènt :

 

Aquelo mar estalouirado

Souto si colo e si terrado,

E li grand barco abandeirado,

Poujanto à plen de velo i pèd dóu Castèu-d’I;

 

aquelo cencho de mountagno bluio, ounte tantos s’enredounisson li pinedo souloumbrouso, tantos blanquejon li cabanoun e li bastido, e mounte pièi la colo se taio en roucassouiro pèr douna camin à l’Uvèuno, l’Uvèuno, aquéu gentoun e fresquet rajeiròu que Toussant Gros tan poulidamen canta d’esto maniero :

 

Gaire envejoue dou grand renoum

Dou Rin, dou Danube e dou Tibre,

Sènso ourguei, sènso brut, coumo élei d’un cours libre,

Jusqu’à la mar pouertes toun noum.

Autan bèn, qu’es soun avantàgi ?

Si bord soun ravaja pèr l’afura guerrié ;

Li tiéu, à l’abri de l’auràgi,

Pouerton l’oulivo e lou lausié.

 

Paris, tan plen de croio, en tout acò dequé pòu coumpara ?

 

III

Marsiho, entrepaus generau dóu coumerce uroupen, african e levantés, dempièi quàuquis annado, grandis e crèis qu’es pas de dire.

 

Tóuti li grans evenimen que boulegon nosto epoco sèmblon s’endeveni pèr l’endrudi e l’enaussa que mai.

 

La counquisto de l’Africo e la vanegacioun inmènso que se n’es ensegui de la maire patrìo à nosto coulounìo novo ; l’espandimen de la marino à vapour qu’a centena e tan facilita li viage d’outro-mar ; lou biais  nouvèu qu’an enventa de  tira la sòudo di roucas de Setèmo, e qu’a tan fa flouri li sabouniero marsiheso ; aquéu pouderous camin de fèrri que jamai las e à bèl èime ié raco niuech e jour tóuti li prouducioun dóu nord ; la carestié dóu blad qu’a tan douna de vanc is armamen de si veissèu ; la guerro d’Óuriènt qu’a fa de soun port un vaste trapadou entre-mitan Franço e Crimèio ; e, pèr douna courouno à soun pounteficat, lou traucamen (que se preparo) de l’isme de Suez, obro gigantesco que vai enfourniga sa plajo di bastimen de tout lou globe, e ié faire gouma li richesso de l’Indo, tout se coungreio e tout s’associo pèr pourgi à Marsiho lou scètre de la Mediterranèio.

IV

Tambèn, Marsiho lou saup proun, e regardas, à l’ouro d’iuei, coume es en aio ! Ni argènt ni or que ié coste pèr s’alesti un sèti digne de soun destin. Quand venié li caud d’estiéu, l’eigage ié mancavo pèr se refresca li bouco e se lava li pèd. Mai à vint lègo d’elo passavo la Durènço, que, noun sachènt que faire de soun aigo, se bidoursavo dins sis isclo e ié fasié lingueto. Marsiho largo trento milioun à la velo, e dentre li roucas e li mounto-davalo, la Durènço vèn à la courso reverdeja soun terradou, clafi li conco de si font, e’scoubiha foro dóu port lou queitivié de si carriero.

 

Marsiho avié pèr Bourso un vièi cabanas de post que fasié’scorno à sa Canebiero. Qu’a fa ? D’un cop de tiblo a neteja sa Canebiero de tout un pelagnas d’oustau, e’no bastisso magnefico, en l’ounour de Plutus, bandis en l’èr soun frountoun courintian.

 

Dins soun vièi port, douge-cènt bastimen se i’abrigon à l’aise. Aqui dedins pamens s’èi trouvado restrencho, e veici qu’un bèu matin, a cava long de sa costo un segound port enca plus bèu, aquéu de la Joulieto, que quatre milo navire podon se i’amarra. Vous imaginas bessai aro que pèr amaga soun negòci aura de relarg de soubro ! Parèis que noun, car pas plus tard que l’an passa, davans lou ribeirés d’Aren, a mai dubert un autre port : lou port Napoleon.

 

V

Mai aro, bon ! Marsiho a pèr manja, pèr béure ; mai fau bèn que se vestigue e se pimpare à soun degu, e veici qu’uno lèi dóu 10 de Jun 1854 ié baio plen poudé de se bouta dessus cènt milioun en de belloio…

 

Ah ! peréu, quau vèi Marsiho vuei e que lou veira dins dès an, lou veira bèn dous cop ! Imaginas-vous que van rasa la vilo vièio ; tout de long de la mar ié van basti à perdo de visto uno renguiero de palais en fino pèiro de Fontvièio, que li marin, de liuen, en arribant sus l’aigo, creiran de vèire Babilouno ! — ié van basti de caserno mai que bello ; ié van basti de vàsti magasin publi pèr descarga e’ntrepausa li marchandiso ; ié van basti d’espitau que sara’n plesi de i’èstre ; ié van basti d’escolo emperialo ; ié van basti uno catedralo ; van rebasti Nostro-Damo-de-la-Gàrdi… Eh ! quau lou saup tout ce que van basti

 

Es pèr vous dire, en un mot coume en cènt, que Marsiho, à tard o tèms, fara peta Paris, e qu’un jour, degun se trufara dóu Marsihés quand dira :

 

Se Paris avié’no Canebiero,

sarié’n pichoun Marsiho !

 

Lou Felibre de Bello-Visto

Frederi MISTRAL

I

Dans les temps futurs, Marseille sera la plus belle ville de France.

 

Marseille, la ville du soleil et de la mer, avec ses deux cent mille âmes, déjà dépasse Lyon, la ville du bourbier et du brouillard. Paris, avec son Louvre sombre, avec ses Tuileries portant malheur à ceux qui les fréquentent, Paris avec ses longues et grandes rues qui font désespérer de voir un bout de champ, Paris avec ses vastes places jonchées de palais mais tant de fois dégradés par la misère, Paris peut prendre garde.

 

La pierre a beau être taillée et retaillée, et retravaillée et ciselée, tous les monuments, toutes les galeries, tous les panthéons, ne sont rien du tout vis-à-vis du panorama de Notre-Dame-de-la-Garde qui se prolonge à perte de vue.

 

La main de l’homme serait-elle capable d’égaler celle de Dieu ?

 

II

Ce soleil si gai, si chaud, si sain, qui fortifie le cœur du peuple comme un bon coup de rouge de La Malgue,

 

Qui dore avec de l’or pur le front des pêcheurs,

Et fait étinceler l’œil  noir des jeunes-filles ;

 

cet air pur et bleu qui fait chanter des louanges à l’oisillon, bien qu’il n’en ait pas envie, et qui faisait dire au troubadour Pierre Vidal, exilé dans l’île de Chypre :

 

Avec la brise j’aspire à travers moi l’air

Que je sens venir de Provence…

Car personne ne connait si doux séjour

Comme du Rhône jusqu’à Vence,

Comme entre la mer close et Durance !

Ni où si véritable joie s’illumine !

qui faisait soupirer Bernard de Ventadour, quand il chantait à la duchesse de Normandie :

 

Quand la douce brise souffle

Du côté de notre pays,

M’est avis que je sens

Odeur de paradis !

 

cette belle région qui a fait dire à un écrivain célèbre, qui n’a pas toujours aussi bien dit, alors qu’il y arriva par mer et que le mistral soufflait :

 

« Marseille est une ville magnifique qui contrarie et déplait au premier abord par la rudesse de son climat et de ses habitants. L’on s’y fait cependant, car sain est le fonds de ce climat et bon le tempérament de ces habitants. On comprend que l’on puisse s’habituer à la brutalité du mistral, aux colères de la mer, et aux ardeurs d’un soleil implacable, en trouvant là dans une cité opulente, toutes les ressources de la civilisation, et en traversant,  sur un intervalle de quelques étendues, cette Provence si extraordinaire et si belle en de nombreux endroits, dont  beaucoup glorifiant un peu trop de l’Italie ; »

 

Cette mer claire de Provence dont la beauté nous ferait rester cent ans devant elle pour y regarder courir les vagues et frétiller les clapotis :

Cette mer nonchalamment étalée

Sous ses collines et ses étendues de terre,

Et les grandes barques pavoisées

Arrivant à pleine voiles aux pieds du Château d’If ;

 

cette ceinture de montagnes bleues, où tantôt s’arrondissent les pinèdes sombres, tantôt blanchissent les cabanons et les bastides, et où ensuite la colline se taille en rochers pour faire le chemin de l’Huveaune, l’Huveaune, ce gentil et frais ruisseau que Toussaint Gros a si joliment chanté de cette manière :

Peu envieux du grand renom

Du Rhin, du Danube et du Tibre,

Sans orgueil, sans bruit, comme ceux d’un cours libre,

Jusqu’à la mer tu portes ton nom.

A tel point de croire en sa supériorité ?

Leurs bords sont ravagés par l’effroi guerrier ;

Les tiens, à l’abri de l’orage,

Portent l’olive et le laurier.

 

Paris, si orgueilleuse, que peut-elle offrir en comparaison ?

 

III

Marseille, entrepôt général du commerce européen, africain et oriental, depuis quelques années, grandit et croît de façon spectaculaire.

 

Tous les grands évènements qui agitent notre époque semblent coïncider pour l’enrichir et la rehausser que plus.

 

La conquête de l’Afrique et le trafic immense qui s’en est suivi de la mère patrie à notre colonie nouvelle ; le développement de la marine à vapeur qui a centuplé et tant facilité les voyages d’outre-mer ; le nouveau procédé d’extraction de la soude à partir des rochers de Septèmes, qui a permis aux savonneries marseillaises de si bien prospérer ; ce puissant chemin de fer qui jamais las et à profusion y vomit nuit et jour tout le charbon du nord ; la pénurie de blé qui a donné tant d’élan à l’armement de ses vaisseaux ; la guerre d’Orient qui a fait de son port une vaste interface entre France et Crimée ; et, pour couronner sa splendeur, le percement (qui se prépare) de l’isthme de Suez, œuvre gigantesque qui va faire fourmiller sa plage de bâtiments de tout le globe, et lui faire regorger les richesses de l’Inde, tout se forme et tout s’associe pour offrir à Marseille le sceptre de la Méditerranée.

IV

Cependant, Marseille le sait assez, et regardez, maintenant, comme elle est en constante activité ! Ni argent ni or qui ne lui coûte pour se préparer un trône digne de son destin. Quand venaient les chaleurs de l’été, l’eau lui manquait pour se rafraîchir les lèvres et se laver les pieds. Mais à vingt lieues d’elle passait la Durance, qui, ne sachant vraiment pas que faire de son eau, se tortillait dans ses îles et lui faisait envie. Marseille verse avec largesse trente millions au projet, et d’entre les rochers et les terrains montueux, la Durance vient en courant reverdir son territoire, remplir les conques de ses fontaines, et balayer hors de son port la saleté de ses rues.

 

Marseille avait pour sa Bourse une vieille cabane délabrée en planches qui faisait honte à la Canebière. Qu’a-t-elle fait ? D’un coup de truelle elle a nettoyé sa Canebière d’une vaste étendue de maisons, et une bâtisse magnifique, en l’honneur de Plutus, élance vers le ciel son fronton corinthien.

 

Dans son vieux port, douze cents bâtiments s’abritent à l’aise. Là-dedans cependant elle s’est trouvée à l’étroit, et voici qu’un beau matin, elle a creusé le long de sa côte un second port encore plus beau, celui de la Joliette, où quatre mille navires peuvent s’amarrer. Vous imaginez peut-être maintenant que pour abriter son négoce elle aura des places de reste ! Il paraît que non, car pas plus tard que l’an passé, devant le rivage d’Arenc, elle a de nouveau ouvert un port : le port Napoléon.

 

V

Mais maintenant, bon ! Marseille a de quoi manger et boire ; mais il faut bien qu’elle se vête et qu’elle se pare convenablement, et voici qu’une loi du 10 juin 1854 lui donne pleins pouvoirs pour se couvrir pour cent millions d’ornements …

 

Ah ! aussi, qui voit Marseille aujourd’hui et qui la verra dans dix ans, ne la reconnaîtra pas ! Imaginez-vous que la vieille ville va être rasée ; tout le long de la mer va se construire à perte de vue une rangée de palais en fine pierre de Fontvieille, queles marins, en arrivant par la mer, predront pour Babylone ! – on va bâtir des casernes très belles ; on va bâtir de vastes magasins publics pour décharger et entreposer les marchandises ; on va bâtir des hôpitaux où il fera plaisir d’y être ; on va bâtir des écoles impériales ; on va bâtir une cathédrale ; on va rebâtir Notre-Dame-de-la-Garde…. Eh ! Qui sait tout ce que l’on va bâtir !

 

C’est pour vous dire, en un mot comme en cent, que Marseille, tôt ou tard, dépassera Paris, et qu’un jour, personne ne se moquera du Marseillais quand il dira :

 

Si Paris avait une Canebière,

ce serait un petit Marseille !  

Le Félibre de Belle-Vue

Frédéric MISTRAL

Nous vous présentons quelques passages du discours célèbre que Frédéric Mistral prononça le 25 novembre 1882 au Cercle Artistique de Marseille[1]. Vous pouvez retrouver et lire ce passage sur une plaque placée en hauteur sur le mur du lycée Montgrand. C’est donc là que Mistral y parla « dans une conférence mémorable » de Marseille comme la capitale de l’Empire du soleil, c'est-à-dire l’arc latin :

« La ville de Marseille, avec ses trois mille ans de gloire, ses  vastes ports où les pavillons de toutes les nations voisinent fraternellement avec son golfe merveilleux qui semble le miroir de la voile latine, Marseille est appelée à devenir le lien, le foyer de la latinité et la capitale de l’Empire de soleil ».

 

Puis, il nous semble intéressant de parler d’un texte du poète maillanais – alors que Mireille n’était pas encore achevée –, qui s’appelle Marseille et qui fut publié dans l’Almanach provençal de 1857. Bien qu’il ne soit pas dans notre beau dialecte marseillais, et vous comprendrez facilement pourquoi, nous sommes heureux de le faire de nouveau paraître ici, car sa présentation de la ville à la moitié du XIXème siècle ne manque pas d’enthousiasme. Vous pourrez ensuite, si cela vous plait, venir vous rendre compte sur place si Mistral fut un prophète heureux ou malheureux…

[1] L’actuel Lycée Montgrand.