© 2018 Armana Marsihés

MARSEILLE ET LES TAUREAUX

Qu saup enca vuei que Marsiho fuguè ’no terro de buou e de corrida ? Segur, lei sòci dóu Clube Taurin Pau Ricard de Marsiho à Santo-Marto, lei bèu proumié va sabon clar. Soun aperaqui entre dous e trei cènt afeciouna. Puei, l'a foueço gènt dóu Coumitat dóu Vièi Marsiho que va sabon , tout estaca que soun à l’istòri de sa vilo. E belèu enca lei Marsihés que van à l’ouro que sian eis Areno d’Istre, d’Arle o de Nime, ounte la tradicien de la tauromachìo l’es bèn cavihado, va sabon peréu. E pamens...

 

Pamens lei provo mancon pas e soun fouero countèsto. Aquélei provo si pouedon trouba dins lou libre tras que coumplèt de Pau Casanova que soun titre es Dous siècle de tauromachio à Marsiho.[1] Li poudèn aprene – vo si remembra – tout ço que si debanavo, e aquito tout vèn clar. Pèr douna un soulet eisèmple, si coumtavo pas mens de dès-e-vuech endré qu’un round vo uno areno li fuguè istala o basti dins Marsiho.

 

Leis areno marsiheso lei mai famoue – e lei mai grosso – fuguèron aquélei dóu Pradò, pròchi la Routoundo, dins un balouard que li disien justamen dis areno e qu’es aro lou balouard Edouard Herriot. Leis areno dóu Pradò, duberto en 1887, li fuguèron barrado en 1951, pagant lou pres de l’espandimen de la vilo emai de l’especulacien inmoubiliero. En 64 an, acuïèron enjusqu’à quinge milo regardaire.

 

E maugrat d’àutreis areno enca duberto de 1955 à 1959, lei de Bouonoveno vo lei dóu pargue Borély – que sa capacita èro d’aperaqui 9000 plaço –, l’espetacle de la corrida despareiguè dins la ciéuta fouceienco. Pèr parla just, la tauromachìo, coumo la counouissèn aro, recebè lou còup de la mouart lou proumié de juliet de 1962 dins d’areno desmountablo au cantoun dóu balouard de Paris e de la carriero Clary. Vuei, l’a plus ges de corrida à Marsiho. Gardaren dounc en memòri de noum famous coumo aquéu d’Ordonez vo de Luis Miguel Dominguin que li venguèron pèr torero, vo coumo aquéu de Picasso vo d’Ambrogiani que li fuguèron d’artisto regardaire afouga.

 

Alan DEMICHELIS

 

[1] Paul Casanova, Deux siècles de tauromachie à Marseille, Union des Bibliophiles Taurins, 1990.

Qui sait encore aujourd’hui que Marseille fut une terre de taureaux et de corridas ? Bien sûr, les membres du Club Taurin Paul Ricard de Marseille, à Sainte-Marthe, les bons premiers le savent bien. Ils sont environ entre deux et trois cents aficionados. Il y a aussi pas mal de gens du Comité du Vieux Marseille qui le savent, si attachés qu’ils sont à l’histoire de leur ville. Le savent peut-être également les Marseillais  qui, de nos jours, vont encore aux arènes d’Istres, d’Arles ou de Nîmes où la tradition de la tauromachie est bien enracinée.

Pourtant les preuves ne manquent pas et sont incontestables. On peut les trouver dans le livre très complet de Paul Casanova intitulé Deux siècles de tauromachie à Marseille .[1] On peut y apprendre – ou se rappeler – tout ce qui se déroulait, et là tout devient clair ? Pour donner un seul exemple, on compte pas moins de dix-huit sites où l’on installa une enceinte circulaire ou une arène dans Marseille.

Les arènes marseillaises les plus fameuses – et les plus grandes- furent celles du Prado, près du Rond-Point, sur un boulevard qu’on appelait justement des arènes  et qui est aujourd’hui le boulevard Édouard Herriot. Les arènes du Prado, ouvertes en 1887, fermèrent en 1951, payant la rançon de l’accroissement de la ville et de la spéculation immobilière. En 64 ans elles accueillirent jusqu’à quinze-mille spectateurs.

Et malgré d’autres arènes encore ouvertes de 1955 à 1959, celles de Bonneveine ou du Parc Borély – dont la capacité était d’environ 9 000 places –, le spectacle de la corrida disparut de la cité phocéenne. Pour être précis, la tauromachie, telle qu’on la connait maintenant, reçut l’estocade le premier juillet 1962 dans des arènes démontables situées au coin du boulevard de Paris et de la rue Clary.

De nos jours, il n’y a plus de corrida à Marseille. Nous garderons donc en mémoire des noms fameux comme celui d’Ordoñez ou de Luis Miguel Dominguín que y vinrent en tant que toreros, ou comme celui de Picasso ou d’Ambrogiani qui y tinrent la place d’artistes spectateurs passionnés.

Alan DEMICHELIS

 

[1] Paul Casanova, Deux siècles de tauromachie à Marseille, Union des Bibliophiles Taurins, 1990.

Alain DEMICHELIS