© 2018 Armana Marsihés

LE GRAND FEU DE FORÊT DE 97

Aquéstou fue partiguè d’un bourdihié de Setème lou divèndre lou 25 de juliet en fin de matinado em’ uno mistralasso qu’es pas de dire. Courrènt sus lou bas de l’adret de l’Estello avié deja devouri de vèspre 500 eitaro. Countuniant sa courso fouelo, vous sautè la D 908 pèr passa puei sus Garlaban. Vous dian pas quant d’oustau, d’engen de poumpié fouguèron avali, que li fau apoundre bèn segur la peno dei milié d’estajan evacua dins de coulouno de fum v'estubassant tout Marsiho. Vaqui lou comte d’aquéu malastre. Fauguè trei jour e un calamen de l’aurasso pèr va teni, pamens mai de 4 000 eitaro s’enanèron en pelagno d’aiet.

 

Mai dei malastre n’avian panca fini. À la debuto dóu mes d’avoust, uno chavanasso dóu tron de l'èr s’abateguè sus nouèstei couelo, e pèr acaba lou tablèu d'apoucalùssi, emé seis escoulamen de fango emai de cèndre . Quet estiéu ! Un vièi majour de poumpié faguè meme coumo acò : « Nous manco plus que lei sautarello ! ».

 

Vui, à la prafeituro dei Bouco-dóu-Rose vous dien que despui 1973, es pas mens de 83 000 eitaro que cramèron, emé doues annado qu'an sei trìstei record : 1979 emé 13 000 eitaro e 1989 emé 14 000 eitaro. Si coumto ansinto, à la grosso mejano, de 1000 à 1500 eitaro ravajado chasque an sus lei 230 fue recensa.

 

J. C.

Ce feu débuta le vendredi 25 juillet en fin de matinée par un jour de fort mistral à partir d’une décharge de Septèmes. Se déplaçant sur le piémont sud de l’Étoile, il avait déjà détruit 500 ha en début de soirée. Continuant sa course folle, il franchit la D 908 pour passer sur le Garlaban. Des maisons et des engins des pompiers furent détruits, sans compter la peine des milliers d’habitants évacués dans des colonnes de fumées recouvrant tout Marseille, voilà le bilan de ce désastre. Il fallut trois jours et une baisse du vent pour arriver à le contenir, mais plus de 4000 ha sont partis en fumée.

Mais ce n’est pas tout. Début août, un orage comme on n’en avait vu depuis longtemps s’abattit sur les massifs, pour achever ce tableau d’apocalypse, avec ses coulées de boues et de cendres. Quel été ! Un vieux major des pompiers dit même : « Il ne manque plus que les sauterelles ! »

Aujourd’hui, selon la Préfecture des Bouches-du-Rhône, pas moins de 83 000 ha ont brûlé depuis 1973, avec deux années de tristes records : 1979 avec 13 000 ha et 1989 avec 14 000 ha. On compte en moyenne entre 1 000 et 1 500 ha détruits par an sur 230 feux recensés.

 

J.C.
 

J.C.

Sapeur pompier regardant le feu qui se propage dans le massif du Garlaban, dans la nuit du 26 au 27 juillet, 1997

©Georges Gobet AFP