© 2018 Armana Marsihés

LI BON MARSIHÉS

Paul FÉLIX

Poème tiré de L'escandihado, recueil de poésies provençales, vers Tacussel, Marseille : 1938

Marsiho es uno Ciéuta flòri

Souto li rai clar dóu soulèu.

Dins soun celèstre en pleno glòri

Lou Bon vesino emé lou Bèu.

A si fiéu l'aflat divin douno

E l'óupulènt negòci e lou renoum courtés.

Ciéutadan, trenas de courouno

Pèr la flour di bon Marsihés.

 

Lou canau dóu Rose à Marsiho

Bèn lèu vai doubla noste port.

Dins nosto ciéuta d'armounìo

Adurra de toumbarèu d'or.

Lis Espousicioun triounfalo

Atiron l'estrangié souto noste cèu blous.

Renoumado, duerbe tis alo :

Ounour, ounour à Charles-Roux !

 

Ounour i Prince de larguesso

Que soun gèste, sènso coumta,

Enrichis li plaço mestresso

Di mounumen de la bèuta.

La poupulàri Republico

Counservara si noum dins lou liuench aveni

E redira dins si cantico :

Ounour, ounour à Cantini !

Ounour à-n-aquéli que tènon

Dóu grand negòci lou drapèu,

E que, pèr aquéli que vènon,

Fan lou nis mai caud e mai bèu.

Dins li tèmple e subre li tourre,

Dins li castèu superbe e li pichouns oustau

Qu'un pople innoumbrable s'auboure

Pèr lausenja nòsti Catau.

 

O Marsiho, au son di citaro

Lou maubre pur se dreissara.

Thiers, Rostand, vosto noblo caro

En plen azur raiounara.

A vautre, ounour, Fiéu de Marsiho !

Degun sara jalous que dins lou cèu brihés.

E tóuti cantaran, coutrìo :

Glòri, glòri i bon Marsihés !

 

Pau FÉLIX

mai de 1916

Marseille est une Cité florissante
Sous les clairs rayons du soleil.
Sous son ciel en pleine gloire
Le Bon voisine avec le Beau.
La faveur divine donne à ses fils
Et l’opulent négoce et le courtois renom.
Citoyens, tressez des couronnes
Pour la fleur des bons Marseillais.

Le canal du Rhône à Marseille
Va bientôt doubler notre port.
Dans notre cité harmonieuse
Amènera des cascades d’or.
Les expositions triomphales
Attirent l’étranger sous notre ciel pur.
Renommée, ouvre tes ailes :
Honneur, honneur à Charles-Roux !

Honneur aux Princes de largesse
Dont le geste, sans compter,
Enrichit les grandes places
Des monuments de la beauté.
La populaire République
Dans le lointain avenir conservera leurs noms
Et redira dans ses cantiques :
Honneur, honneur à Cantini !

 


Honneur à ceux qui arborent
Du grand négoce le drapeau,
Et qui, pour ceux qui viennent,
Tiennent le nid plus chaud et plus beau.
Dans les temples et sur les tours,
Dans les superbes châteaux et les maisonnettes
Qu’un peuple innombrable se lève
Pour chanter les louanges de nos Notables.

Ô Marseille, au son des cithares
Le marbre pur se dressera.
Thiers, Rostand, votre noble visage
En plein azur rayonnera.
À vous, honneur, Fils de Marseille !
Personne ne sera jaloux que vous brilliez dans le ciel.
Et tous chanteront, ensemble :
Gloire, gloire aux bons Marseillais !

 

Pau FÉLIX

mai de 1916