© 2018 Armana Marsihés

SUR LE PORT DE CASSIS AVEC CALENDAU

POUR SON 150ème ANNIVERSAIRE

Vous prepauvan aquito de vous rèndre à Cassis pèr festeja d'un biais simple emai pas coumun lou 150èime anniversàri de la neissènço de Calendau. Aurés que de pourta l'Armana marsihés 2017 emé vous pèr retrouba dins la vilo de vui lei citacien levado dóu pouèmo de Mistral vo d'ana saluda l'estatuo dóu famous Cassiden sus lou port, pèr vèire coumo sias grand ! Pourrés puei ana cerca lou noum de l'erò un pau pertout dins la vilo : à l'óufìci dóu tourisme, dins lei carriero, leis androuno, sus lei quèi, lei batèu, lei restaurant ... E se sias proun gaiard, pourrés meme vous espaceja dins lei couelo entre Gibau e Baou redoun.

 

 

Douei placo counmemourativo (1925)

 

Aquéstei douei placo emé de citacien de l'obro soun quihado despuei 1925 dóumarci lou sendicat d'iniciativo de Cassis que lei faguè pauva. La placo qu'es à la garo dei trin de la SNCF fa vèire l'estrofo famoue dóu cant III, estrofo 43 :

 

" Siéu de Cassis, vilo marino

E clau de Franço. Dins l'oumbrino

Pèr vautre es amaga lou noum de moun païs;

Mai, quand sieguèsse à milo lègo,

Gens de si fiéu noun lou renègo,

Car tau qu'a vist Paris, coulègo,

Se noun a vist Cassis, pòu dire : N'ai rèn vist."

 

La placo qu'es davans l'anciano Prudoumié ramento la touto proumiero estrofo dóu pouèmo :

 

" Iéu, que d'uno chato enamourado

Aro qu'ai di la mau-parado,

Cantarai, se Diéu vòu, un enfant de Cassis,

Un simple pescaire d'anchoio

Qu'emé soun gàubi e'mé sa voio

Dóu pur amour gagnè li joio,

L'empèri, lou trelus..."

 

 

Un pieloun counmemouratiéu

 

Es un autre eisèmple de citacien que s'atrobo sus un pieloun counmemouratiéu pròchi l'estatuo e que fuguè pauva en 1966 pèr lou centenàri de Calendau. Sian au cant III, estrofo 47 :

 

"Lou front en plen miejour e li pèd dins la mar,

Coume uno bruno gafarello

Que père soulas pesco i girello,

Cassis, vileto pescarello,

Mando lou sardinau, tiro lou calamar."

 

 

L'estatuo de l'eros

 

Uno estatuo dóu pescadou sus lou port qu'a soun istòri : lou famous pescaire cassiden fuguè inmourtalisa dins leis annado 1930 dóumarci soun estatuo que li faguè l'escultour Aguste Cornu. Signourejavo alor sus la Plajo de la Grand Mar e, pèr tradicien, lei couscri Cassiden si fasien foutougrafia à sei pèd. Mai fuguè degaiado pèr un boumbardamen à la Liberacien de 1944. Fauguè alor espera 1999 pèr que Cassis retroubèsse mai uno estatuo de soun eros dóumarci l'enavans dei Cassiden emai lou travai de Bouvier, touto facho de pèiro de Cassis dins un roucas soulet. Es vuei sus l'Esplanado de Briand e regardo vers lou Gibau ounte restavo Esterello après sa fugido.

Nous vous proposons là de vous rendre à Cassis pour fêter d’une façon simple mais pas courante le 150ème anniversaire de la parution de Calendal. Vous n’aurez qu’à apporter avec vous l’Almanach marseillais 2017 pour retrouver dans la ville d’aujourd’hui les citations tirées du poème de Mistral ou d’aller saluer le célèbre cassiden sur le port, pour voir comme on se sent petit ! Vous pourrez ensuite aller chercher le nom du héros un peu partout dans la ville : à l’office du tourisme, dans les rues, les ruelles, sur les quais, les bateaux, les restaurants… Et si vous êtes encore robustes, vous pourrez même vous promener dans les collines entre le mont Gibal et le Baou Redoun.

Deux plaques commémoratives (1925)

Ces deux plaques avec des citations de l’œuvre sont posées depuis 1925 grâce au syndicat d’initiative de Cassis. Sur la plaque qui est à la gare de la SNCF on peut voir la strophe célèbre du chant III, strophe 43 :

« Je suis de Cassis, ville de mer

Et clef de France. Dans l’ombre

Pour tous est caché le nom de ma patrie

Mais, serait-il à mille lieues,

Nul de ses fils ne le renie

Car tel a vu Paris, compagnons,

Qui peut dire, s’il n’a pas vu Cassis : je n’ai rien vu. »

La plaque qui est devant l’ancienne Prud’homie rappelle la toute première strophe du poème :

 

« Moi, qui d’une amoureuse jeune fille

Ai dit maintenant l’infortune

Je chanterai, si Dieu veut, un enfant de Cassis

Un simple pêcheur d’anchois

Qui, par la grâce et par la volonté

Du pur amour conquit les joies

L’empire, la splendeur… »

 

Une colonne commémorative

Voici un exemple de citation qui se trouve sur une colonne commémorative tout près de la statue et qui fut posée en 1966 pour le centenaire de Calendal. Nous sommes au chant III, strophe 47 :

 

« Le front en plein midi et les pieds dans la mer

Ainsi qu’une brume baigneuse

Qui se récrée à pêcher les girelles

Cassis, petite ville de pêcheurs

Jette le sardinal et tire le carrelet. »

 

La statue du héros

Une statue du héros sur le port qui a son histoire : le célèbre pêcheur cassiden fut immortalisé dans les années 1930 par la statue que fit de lui le sculpteur Auguste Cornu. Elle dominait alors la plage de la Grande Mer et, par tradition, les conscrits cassidens se faisaient photographier à ses pieds. Mais elle fut détruite par un bombardement à la Libération de 1944. Il fallut alors attendre 1999 pour que Cassis retrouvât de nouveau une statue de son héros grâce à l’énergie des Cassidens et aussi au travail de Bouvier, toute en pierre de Cassis dans un seul bloc. Elle est aujourd’hui sur l’Esplanade Briand et regarde vers le mont Gibal où habitait Estérelle après sa fuite.