© 2018 Armana Marsihés

MUSÉE D'HISTOIRE DE MARSEILLE

Renouva en plen, lou musèu d'Istòri s'esperlongo sus mai de 15 000 m2 ço que n'en fa l'un dei pus gros musèu d'Istòri en Franço emai en Éuropo. Pròchi Port-Vièi, la nouvello architeituro ligo mai que mai entime la vilo, soun musèu e soun ròdou arqueoulougi. Uno faciado de vèire serigrafia sartisse tout lou site dóu Port Anti engarda dins lou jardin, vertadiero salo dóu musèu qu'es à celèste e qu'es coutado au Cèntre Bourso. S'espaceja dins 2600 an d'istòri. Marsiho, la vilo la mai anciano de Franço, fa coumo lou tòlus de la nouvello caminado museougrafico. Lou vesitaire descuerbe l'istòri de la vilo bouonodi un fiéu d'Ariano maritime que religo 13 seguènci crounoulougico, dei proumiéreis óucupacien preïstourico eis espandimen de la vilo au tèms que sian.

 

Un musèu tout viéu emai ennouvant pèr toui lei publi. Recoustitucien, multimedia interatiéu, filme, caminado pèr lei pichoun e proupousicien de passejado endrudido en vilo... Chasco seguènci istourico de la caminado museougrafico fa desplego alentour d'un óujet flambèu, qu'es un emblèmo pèr la vilo. Gramarci lou multimedia, arqueoulogue emai istourian s'adrèisson dirèit ei vesitaire.

Pèr lei joueine, retroubas leis "Escalo de l'Istòri" dei moudule d'espousicien escassamen facho pèr lei pichoun.

 

Pèr ana mai luen dins la vesito fouero dóu musèu : la Vìo istourico de Marsiho. Si la pòu retrouba à gràtis sus l'esmartfoune vo la tableto. Dóu ròdou arqueoulougi dóu Port anti au fouart Sant-Jan/Mucem, caminas sus un pau mai d'un kiloumètre d'espacejado vous porgira uno amiro qu'a ges de pres sus lou patrimòni que vous fara vèire coumo es espès, emé toui seis epoco de l'istòri – qu'acò's uno marco pèr Marsiho – e que van coumo de bancado.

 

GUIDOUNET PÈR SI
RETROUBA AU MUSÈU

 

SEGUÈNCI 0

MARSIHO AVANS MARSIHO

(-60 000 à -600)

 

La vilo fuguè foundado l'a 2600 an d'acò, mai lei proumiérei traço d'óucupacien umano nous fan remounta à 60 000 an avans J.-C.. Aquesto seguènci fa vèire la geougrafié dóu bacin de Marsiho que marquè soun istòri pèr un brave moumen, l'evoulun de sei païsàgi emai lou regàgi de Cosquer qu'es un patrimòni universau dei riche emé sei milanto pinturo e gravaduro (de 27 000 e 19 000). Aquéu regàgi que n'en parlan si trouvavo à quàuquei kiloumètre dóu ribeirés de la Mieterrano de l'epoco. Quouro lou nivèu de la mar venguè pau à cha pau mai aut, l'intrado fuguè ennegado. Es Enri Cosquer que descurbiguè lou ròdou, pròchi Cap Morgiéu, dins lei Calanco.

 

SEGUÈNCI 1

LA LEGÈNDO DE GITIS E PRÒTIS

(siècle -6en à -5en)

 

Marsiho bastiguè soun istòri alentour d'uno legèndo que fa deja vèire souleto coumo la ciéuta èro duberto sus lou mounde mieterran e la civilisacien gregalo. Tre l'an 600 avans J.-C., de Gregau d'Asìo Minouro, vengu de Foucèio, foundèron un coumtadou dins la calanco dóu Lacidoun. Un coumençoun de vilo s'espandiguè lèu lèu. Es ansinto qu'espeliguè Marsiho.

 

SEGUÈNCI 2

LOU MOUNDE DE PITEAS

(-390 à -49)

 

A n'aquelo epoco, Massalia èro au trelus de sa poutènci. La ciéuta rèsto un faro au proumié poste pèr l'elenisme dins l'Éuropo dóu Pounènt. Sa prousperita anavo coutrìo emé lou negòci maritime que lei gerlo massalieto pèr lou vin emai pèr l'óli n'es la bello provo.

SEGUÈNCI 3

LOU SITE ARQUEOULOUGI DE LA BOURSO

(siècle -6en au 18en)

 

Lou ròdou dóu Port Anti - que li dien Jardin dei Muro despuei qu'es dorbi au publi en 1983 - prasènto lei resulto dei proumié gros cavamen mena dins uno vilo en Franço. Lei muro, que li fuguèron sourtido de terro en 1967 emé lou chantié de coustrucien dóu Cèntre Bourso, soun de provo istourico dei majo. Lou site s'ourganiso alentour de la vìo roumano e dei bàrri gregau emai alentour dóu Port Anti que li fuguè descuberto la plus grosso carcasso vesiblo au mounde. Aquèsto vìo roumano, bourdejado de mounumen funeràri, penetrè dins la vilo pèr uno intrado mounumentalo.

 

SEGUÈNCI 4

DE MASSALIA À MASSILIA

(-49 à 309)

 

Counquistado pèr Cesar en 49 avans J.-C., la ciéuta fouceienco si mudè en vilo roumano sènso renega sa culturo gregalo. Marsiho seguiguè lou biais de viéure e la culturo de seis envahissour : si bastiguè de ban imperiau, un tiatre, un forum. Lou port s'espandiguè emé de vàsteis entre-paus coumo aquélei dei Do rouman dreissa de-long la coustiero.

 

SEGUÈNCI 5

DE LA CIÉUTA ANTICO À LA VILO MEDIEVALO

(309 à 948)

 

Après lei civilisacien gregalo e roumano venguè lou crestianisme de l'Antiqueta tardivo. D'edifìci nouvèu si faguèron mai que mai noumbrous dins la vilo, simbole d'aquelo fe conquistarello. Lou santuàri de Sant-Vitour, lou batistèri de la Majouro en mai de l'espetacloue basilico funeràri de la carriero Malaval soun leis eisèmple lei plus marcant d'aquelo epoco crestiano dei fouarto. Quouro que lou port countuniè soun espandimen coumerciau e sarrè soun maiun emé touto la Mieterrano, Marsiho rintrè d'en plen dins l'Iàgi-Mejan.

 

SEGUÈNCI 6

UN IÀGI-MEJAN MARSIHÉS

(948 à 1481)

 

D'aquelo longo pountannado que Marsiho faguè partido dóu Reiaume de Bourgougno, puei dóu Coumtat de Prouvènço e enfin dóu Reiaume de Franço, si gardo la vido vidanto de seis abitant (tarraié, marin, clergue ...) beileja pèr l'abadié de Sant-Vitour emai de la catedralo la Majouro. Lou port de Marsiho viguè s'enana lei veissèu de la tresièmo crousado menado pèr Richard Couar de Lien en 1189.

SEGUÈNCI 7

E MARSIHO VENGUÈ FRANCESO

(1481 à 1596)

 

Marsiho venguè franceso en 1481. Lei rèi de Franço aproufichèron d'aquéstou port mieterran pèr fa negòci emé leis Outouman – la Chambro dóu negòci la mai anciano de Franço li fuguè foundado en 1599 – emai pèr basti uno unien poulitico fouarto emé soun Empèri. Pròchi lei ciéuta italiano, coumo Gèno, Marsiho prenguè la marco de la Reneissènço.

 

SEGUÈNCI 8

MARSIHO E LOU RÈI SOULÈU :

LOU SIÈCLE DE LOUEI LOU XIVen

(1599 à 1725)

 

Lou Rèi de Franço abalissié d'ambicien maritimo dei grosso pèr Marsiho. Es ansinto qu'enroutè d'agensamen dóu port emai de la vilo que trasfourmèron la ciéuta e qu'espandiguèron soun poutenciau ecounoumi. Si li bastiguè un arsena dei galèro que lou païsàgi marsihés n'en fuguè marca pèr un brave tèms. La Grand pèsto de 1720 venguè tanca l'enançamen de Marsiho. Lou baciloun que restavo dins lei marchandiso dóu navire, lou “Grand Sant-Antòni”, empourtè la mita de la poupulacien.

 

SEGUÈNCI 9

DEI LUMIERO À LA REVOULUCIEN,

MARSIHO PORT MOUNDIAU

(1725 à 1794)

 

Es la poupulacien prouvençalo emai estrangiero que dounè à la vilo un nouvel enavans après l'epudemié de pèsto de 1720. Marsiho s'en devenguè uno gran plaço dóu negòci e si mudè pichot à pichot en un port moundiau dorbi sus leis oucean. La creacien de l'Academié faguè trelusi sus la ciéuta lou soulèu dei Lumiero e boutè Marsiho en tèsto pèr lei questien toucant lou raciounalisme coumo la sciènci. Lou pople marsihés s'afourtiguè coumo l'uno dei pouncho d'arcié de la Revoulucien franceso mena en cadènci pèr la Marsiheso.

SEGUÈNCI 10

UN PORT, D'ENDUSTRÌO EMAI D'OME :

MARSIHO AU SIÈCLE XIXen

(1795 à 1905)

 

Après 1820 e l'espedicien franceso d'Argié, soustengudo pèr la Chambro dóu negòci de Marsiho, la vilo passè de 130 000 à 550 000 abitant dins pas un siècle de tèms. Lou port de la ciéuta fouceienco s'aubourè à la 4ièmo plaço moundialo emé l'aigo qu'arribè pèr lou canau de Marsiho, l'espandimen dóu camin de fèrri emai dóu port nouvèu de la Joulieto. D'oubrié vengu deis Aup puei d'Itàli travaiavon dins lei fabrico e fasien viéure lei nouvèu quartié de Marsiho. Dins lou meme tèms, la vilo dóu Segound Empèri si pimparè de mounumen nouvèu coumo lou Palais dóu Faro vo de la Basilico de Nouesto-Damo-de-la-Gàrdi.

 

SEGUÈNCI 11

MARSIHO POUARTO DEI MIEJOUR

(1905 à 1945)

 

Marsiho rintrè dins la moudernita. Dóu daut dóu pouont trasbourdaire, si poudié devista lou nouvèu trasvai, lei proumiérei vouaturo. De bastimen debarcavon lei migrant que fugissien la guerro (Armèni...) vo qu'èron en bousco d'un travai sus lou port, dins lei fabrico que trasfourmavon lei proudu de l'Empèri coulouniau. Lou crèis dei toutalitarisme e la criso ecounoumico que destourbèron l'entre-doui-guerro, empachèron pas lou boulisoun musicau (Vincens Scotto, L'Alcazar...), cinematougrafi (Marcèu Pagnol...) emai literàri (Les Cahiers du Sud...) qu'espeliguè coutrìo. La Segoundo Guerro mondialo marquè lei Marsihés d'un biais duradis : dóu port de transit pèr lei refugia de touto l'Éuropo fin qu'à l'avalimen dei quartié dóu Port-Vièi en 1943 sènso óublida pèr lei persecucien e la lucho vitouriouso pèr la liberta.

SEGUÈNCI 12

MARSIHO VILO SINGULIERO EMAI PLURALO

(1945 à 2013)

 

La vilo de Marsiho si remetè après la Segoundo Guerro moundialo tout en restant enca trantaianto. Sa poupulacien creiguè emé lei repatria d'Algerìo qu'arribèron en 1962 e lei migrant de l'Empèri coulouniau francés que s'amoulinè. Pèr trouba un jas pèr tóuti, si bastiguè dins la pountannado 1955-1975 d'oustalas que marquèron lou païsàgi de la vilo, au levant e au nord, fin qu'ei pèd dei couelo. Marsiho qu'èro port de l'Éuropo e de la Mieterrano si mudè. L'endustrìo fouceienco leissè sa plaço ei sarvìci emai eis ativeta pèr la culturo e lou tourisme. L'Oulimpique de Marsiho, la musico (lou rap...), lou cinema de Roubert Guédiguian, la serìo de telè Plus Belle la vie, pèr parla que d'acò, en mai dei nouvèus agensamen urban faguèron chanja l'imàgi de la ciéuta.

SEGUÈNCI 13

MARSIHO VILO DE DEMAN

(2017..)

 

Mai mounte va Marsiho ? Fouarto de sei vinto-sièis siècle d'istòri, de sa geougrafié unico, de sa vitalita e de sei marco siéuno, Marsiho es à l'avans-poste de l'Éuropo. Soun evoulun souciau, ecounoumi e culturau mai tambèn sei mudamen architeiturau emai urban (Euroumieterrano...) soun segui d'un biais atenciouna pèr leis àutrei vilo euroupenco coumo un labouratòri d'idèio e de proujèt. Entre lou pantai e la realita, imaginen-si ensèn la vilo de deman !

Entièrement rénové, le musée d'Histoire s'étend sur plus de 15 000 m2, ce qui en fait l’un des plus grands musées d’Histoire en France et en Europe.

A deux pas du Vieux-Port, la nouvelle architecture recrée un lien intime entre la ville, son musée et le site archéologique. Une façade en verre sérigraphié sertit l’ensemble du site du Port Antique préservé dans le jardin, véritable salle du musée à ciel ouvert adossée au Centre Bourse.

Parcourir 2600 ans d'histoire. Marseille, la plus ancienne ville de France, constitue le fil rouge du nouveau parcours muséographique. Le visiteur découvre l’histoire de la ville grâce à un fil d’Ariane maritime reliant 13 séquences chronologiques, des premières occupations préhistoriques aux développements urbains contemporains.

 

Un musée vivant et innovant pour tous les publics. Reconstitutions, multimédias interactifs, films, parcours enfants et propositions de balades urbaines enrichies… Chaque séquence historique du parcours muséographique se déploie autour d’un objet phare, emblématique de la ville. Grâce au multimédia, archéologues et historiens s'adressent directement aux visiteurs.

Pour le jeune public, retrouvez les “Escales de l’Histoire” des modules d'expositions spécialement conçus pour les enfants.

 

Prolonger la visite hors les murs : la Voie historique de Marseille. Accessible gratuitement sur smartphone ou tablette Du site archéologique du Port antique au fort Saint-Jean/ Mucem, parcourez un peu plus d'un kilomètre de promenade offrant un point de vue inestimable sur le patrimoine révélateur des différentes strates de l'histoire et de son épaisseur propre à Marseille.

PLAN DU PARCOURS
DE LA VOIE HISTORIQUE

SÉQUENCE 0

MARSEILLE AVANT MARSEILLE

(-60 000 à -600)

La ville est fondée il y a 2 600 ans, mais les premières dates d’occupation humaines datent de 60 000 ans avant J.-C. Cette séquence présente la géographie du bassin de Marseille qui marque durablement son histoire, l’évolution de ses paysages et la grotte de Cosquer, patrimoine universel riche de milliers de peintures et gravures (de 27 000 et 19 000 ans). La grotte se situait à plusieurs kilomètres du rivage d’alors de la Méditerranée. Lorsque le niveau de la mer s’est progressivement élevé, l’entrée a été submergée. Ce site a été découvert par Henri Cosquer, près du cap Morgiou, dans le massif des calanques

SÉQUENCE 1

LA LÉGENDE DE GYPTIS ET PRÔTIS

(-6e à -5e siècle)

Marseille a construit son histoire autour d’une légende qui illustre à elle seule l’ouverture de la cité sur le monde méditerranéen et la civilisation grecque. Dès l’an 600 avant J.-C., des Grecs d’Asie Mineure, originaires de la cité de Phocée, fondent un comptoir dans la calanque du Lacydon. Très vite, un embryon de ville se développe. Marseille est née

SÉQUENCE 2

LE MONDE DE PYTHÉAS

-390 à -49

Cette période marque l’apogée de la puissance de Massalia. La cité reste un phare avancé de l’hellénisme dans l’Europe occidentale. Sa prospérité repose sur le commerce maritime dont témoignent les amphores massaliètes à vin et à huile.

 

SÉQUENCE 3

LE SITE ARCHÉOLOGIQUE DE LA BOURSE

(-6e au 18e siècle)

Le site du Port Antique – dénommé Jardin des Vestiges à son ouverture au public en 1983 – présente les résultats des premières grandes fouilles archéologiques urbaines réalisées en France. Les vestiges, révélés

en 1967 sur le chantier de construction du Centre Bourse, sont des témoins historiques majeurs. Le site se structure autour de la voie romaine, des remparts grecs et autour du Port Antique où a été découverte la plus grande épave visible au monde. Cette voie romaine longée par des monuments funéraires pénètre dans la ville par une entrée monumentale.

 

SÉQUENCE 4

DE MASSALIA À MASSILIA

(-49 à 309)

Conquise par César en 49 avant J.-C., la cité phocéenne se transforme en ville romaine sans renier sa culture grecque. Marseille va adopter le mode de vie et la culture de ses envahisseurs : des bains impériaux, un théâtre, un forum sont construits. Le port se développe avec de vastes entrepôts comme ceux des Docks romains édités le long du littoral.

 

SÉQUENCE 5

DE LA CITÉ ANTIQUE À LA VILLE MÉDIÉVALE

(309 à 948)

Aux civilisations grecques et romaines succèdent les temps nouveaux du christianisme de l’Antiquité tardive. De nouveaux édi%ces, symboles de cette foi conquérante, se multiplient dans la ville. Le sanctuaire de Saint-Victor, le Baptistère de la Major et l’exceptionnelle basilique funéraire de la rue Malaval sont les exemples les plus frappants de cette forte empreinte chrétienne. Tandis que le port poursuit son essor commercial et tisse avec toute la Méditerranée des liens étroits, Marseille entre de plain-pied dans le Moyen-Âge.

 

QUENCE 6

UN MOYEN-AGE MARSEILLAIS

(948 à 1481)

Cette longue période où Marseille dépend du Royaume de Bourgogne, puis de celui d’Anjou et enfin du Royaume de France, témoigne du quotidien de ses habitants (potiers, marins, clercs…) placés sous la houlette de l’abbaye de Saint-Victor et de la cathédrale de la Major. Le port de Marseille vit partir les navires de la troisième croisade menée par Richard Cœur de Lion en 1189.

 

QUENCE 7

ET MARSEILLE DEVINT FRANÇAISE

(1481 à 1596)

Marseille devient française en 1481. Les rois de France profitent de ce port sur la Méditerranée pour commercer avec les Ottomans – la plus ancienne Chambre de Commerce française est créée à Marseille en 1599 – et construire une alliance politique forte avec leur Empire. Proche des villes italiennes, dont Gênes, Marseille est marquée par l’influence de la Renaissance.

 

QUENCE 8

MARSEILLE ET LE ROI SOLEIL :

LE SIÈCLE DE LOUIS XIV

(1599 à 1725)

Le Roi de France nourrit de grandes ambitions maritimes pour Marseille. Il engage des aménagements portuaires et urbains qui vont transformer la ville et développer son potentiel économique. La ville se dote d’un arsenal de galères qui marque durablement son paysage. L’essor de la ville est stoppé par la Grande peste de 1720, dont le bacille présent dans les marchandises du navire “Grand Saint-Antoine”, allait emporter la moitié de sa population.

 

QUENCE 9

DES LUMIÈRES À LA RÉVOLUTION,

MARSEILLE PORT MONDIAL

(1725 à 1794)

C’est la population provençale et étrangère qui va donner un nouveau souffle à la ville après l’épidémie de peste de 1720. Marseille devient une grande place de négoce et va peu à peu se convertir en un port mondial ouvert sur les océans. La création de l’Académie fait briller sur la cité le soleil des Lumières et place Marseille à la pointe du rationalisme et de la science. Le peuple marseillais s’affirme comme l’un des fers de lance de la Révolution française au rythme de la Marseillaise.

 

QUENCE 10

UN PORT, DES INDUSTRIES ET DES HOMMES :

MARSEILLE AU XIXème SIÈCLE

(1795 à 1905)

Après 1820 et l’expédition française d’Alger soutenue par la Chambre de commerce de Marseille, la ville passe de 130 000 à 550 000 habitants en moins d’un siècle. L’arrivée de l’eau avec le canal de Marseille, le développement du chemin de fer et du nouveau port de la Joliette hisse le port de la cité phocéenne au 4e rang mondial. Des ouvriers venus des Alpes puis d’Italie travaillent dans les usines et investissent les nouveaux quartiers de Marseille. Pendant ce temps, la ville du Second Empire se pare de nouveaux monuments tels que

le Palais du Pharo ou la Basilique de Notre-Dame de la Garde.

 

QUENCE 11

MARSEILLE PORTE DES SUD

(1905 à 1945)

C’est la population provençale et étrangère qui va donner un nouveau souffle à la ville après l’épidémie de peste de 1720. Marseille devient une grande place de négoce et va peu à peu se convertir en un port mondial ouvert sur les océans. La création de l’Académie fait briller sur la cité le soleil des Lumières et place Marseille à la pointe du rationalisme et de la science. Le peuple marseillais s’affirme comme l’un des fers de lance de la Révolution française au rythme de la Marseillaise.

 

SÉQUENCE 12

MARSEILLE VILLE SINGULIÈRE ET PLURIELLE

(1945 à 2013)

La ville de Marseille se relève après la Seconde Guerre mondiale, mais reste fragile. Sa population croît avec l’arrivée des rapatriés d’Algérie en 1962 et des migrants de l’Empire colonial français qui se désagrège. Pour loger cette population, la période 1955-1975 voit la construction de grands ensembles qui marquent durablement le paysage de l’est et du nord de Marseille, jusqu’au pied des collines. Marseille, port de l’Europe et

de la Méditerranée se transforme. L’industrie phocéenne cède la place aux services et à l’activité culturelle et touristique. L’Olympique de Marseille, la musique (le rap…), le cinéma de Robert Guédiguian, la série télévisuelle Plus Belle la vie, pour ne citer que ceux-là, et les nouveaux aménagements urbains modifient l’image de la cité.

 

SÉQUENCE 13

MARSEILLE VILLE DE DEMAIN

(2017 - …)

Où va Marseille ? Forte de ses vingt-six siècles d’histoire, de sa géographie unique, de sa vitalité et de ses spécificités, Marseille est à l’avant-poste de l’Europe. Son évolution sociale, économique et culturelle ainsi que ses mutations architecturales et urbaines (Euroméditerranée…), sont observées attentivement par les autres villes européennes comme un laboratoire d’idées et de projets. Entre rêve et réalité, imaginons ensemble la ville de demain !

2 rue Henri Barbusse 13001 Marseille

04 91 55 36 00

musee-histoire@mairie-marseille.fr

musee-histoire-marseille-voie-historique.fr

Horaires : du mardi au dimanche 10h-18h