© 2018 Armana Marsihés

LE FEU D'ENFER

Semblavo que rèn poudié l'arresta aquéu fue gigantas qu'arribè de Vitrolo coumo un lamp, en drechiero sus la coumuno dei Peno Mirabèu. Un còup la sourso de l'Infernet passado, prenguè adarrè tóuti lei valoun de l'endré, lei vanado, lei Cardelino et lei Magnan. Es d'aquéu biais que l'escaufèstre s'espandissè sus noueste terraire, fin qu'au planestèu dei Barnouins. Lou pargue Victor Mellan tant treva pèr leis espenen siguè pas espragna, mau-grat qu'èro bèn neteja. Es pèr lou daut dei pin que lei flamado passèron e dins un vira d'uei lou fue sautè la R.N 113 e venguè crama tóuti leis aubre e leis abroue sus lei barro à l'entour deis oustau. Foueço gènt siguèron fourça d'evacua sei bèn pèr si refugia à la salo Tino Rossi. Dins lou vilàgi èro pas eisa d'alena, e lou brut dei boutiho de gas que petèron rassegurè degun. Mai lou malan avié pas feni soun óubràgi desastrous, emé l'ajudo dóu gros Mistrau, quàuquei parpaiolo de fue travessèron la valado dóu Merlançoun, e toumbèron sus lei pendis de la Nerto. A l'embruni, aquel espectacle diabouli prenguè un galop d'infèr dins lou valoun de l'Assassin puei sus la grando couelo avans de feni soun estirado à Tanto Roso. Leis abitant de la Gavoueto e dei Cadenèu si refugièron à l'oustau coumunau, d'unei li passèron la nue.

 

En qu s'apren tout eiçò, poudèn si va demanda. L'a uno cavo de seguro, l'aigo n'a fa fauto aquest an, e lou gros se l'es pas pèr rèn. Va bèn que degun li leissè la pèu, aquélei que soun lou mai de plagne soun lei pàurei gènt qu'an perdu seis oustau au mitan dóu chaple. Fourra de tèms pèr escarfa aquéu desastre, si souvendren long-tèms dóu 10 d'avoust 2016.

 

Gui LAGIER dei Cadenèu

Il semblait que rien pouvait l'arrêter ce feu gigantesque qui arriva de Vitrolles comme un éclair, en droite ligne sur la commune des Pennes-Mirabeau. Une fois la source de l'Infernet passée, il prit tour à tour, tous les vallons du secteur, les Vannades, les Cardelines et les Magnans. C'est de cette manière que la catastrophe se répandit sur notre terroir, jusqu'au plateau des Barnouins. Le parc Victor Mellan tant fréquenté par les Pennois ne fut pas épargné, bien qu'il était bien débroussaillé. C'est par un feu de cimes que les flammes se propagèrent et dans un clin d' œil le feu sauta la RN113 et vint brûler tous les arbres et arbustes sur les barres rocheuses au tour des habitations. Beaucoup de gens furent contraints d'évacuer leur propriété pour se mettre en sécurité à la salle Tino Rossi. Dans le village, il n'était pas facile de respirer et le bruit des bouteilles de gaz qui explosaient ne rassura personne. Mai le malheur n’avait pas fini son ouvrage désastreux, avec l'aide du fort Mistral, quelques flammèches traversèrent la vallée du Merlançon, et tombèrent sur les pentes de la chaîne de la Nerthe. A la tombée de la nuit, ce spectacle diabolique prit un galop d'enfer dans le vallon de l'Assassin puis sur la Grande Colline avant de finir sa course à Tante Rose. Les habitants de la Gavotte et des Cadeneaux se réfugièrent à l'Hôtel-de-Ville, certains y passèrent la nuit.

Qui est responsable de cela, nous pouvons nous poser la question. Il y a une chose de sûre, l'eau nous a fait défaut cette année, et la sécheresse n’y est pas pour rien. Heureusement qu'aucune victime n'ait été à déplorer. Ceux qui sont le plus à plaindre sont les pauvres gens qui ont perdu leur maison au milieu du carnage. Il faudra du temps pour effacer ce désastre, nous nous souviendrons longtemps du 10 août 2016.

 

Guy LAGIER des Cadeneaux
 

Guy LAGIER