LA SAINTE THÉRÈSE D'AVILA

ET LE TAMBOURIN

Pareis que n'en a d'unei au Grihet que son pas esta tròup maucoura per moun article sus Lou Tambouren de Vuei, mume que – Janino[1] dixit – li fau rapica emé quauqueis entresigne toucant Santo Terèso. Fau dire qu'acò's un sujet pron raguèrgui e que se – de còup que l'a – lei leitor fouguèsson gaire charebiha pèr ce que liegiran çai-souto, acò s'aprend pas à iéu, mai à la redacien que va mi demandè. Subretout que la Terèso que n'anan parla – o pulèu escrieure ! – es Terèso de Jèsu, que li dien d'ourdinàri Santo Terèso d'Avila o tamben dins lei ralarg espagnou, Terèso "la grando" pèr la destria d'emé "la pichouno", entendudo pèr Teresita, valènt-à-dire Santo Terèso de Lisieus. E aquelo frumo d'aqui, va poudès crèire, n'èro pas uno pèto de mémé ! Amourachido de soun Diéu coum'èro, mume se, en liegissènt sei Memòri e tambèn touei leis escri que fè pareisse dóu tèms de sa vido, l'on si pòu demanda se pèr elo Amor Mistique e amor carnau non èron pas rèn mai que lei doui caràgi d'uno passien arderoué qu'embessounavo dins soun revoulun La Santo Ternita e l'unamo creaturo... Osco ! seguro, la Religien – coumo dirai ? – un brèu afadourido coum'èron presentado à passa tèms dins lou catachierme pèr lei niston, ti respouèndi d'uno qu'acò èro pas soun cèntre !

 

Èro neissudo de douei nòblei famiho d'Avila, en Castiho la Vièio, lei Sanchez de Cepeda devers pèro e leis Ahumada devers mèro, que n'avié eireta l'inteligenci, le fe crestiano e un atiramen tant-sié-pau deseima pèr l'Assoulu. Es ansen qu'apereila sei dès-e-vuech an, vouguè s'escapa dóu Mounde e de sei vanita (qu'un tèms – va fau dire – l'avien fouesso emburado) en intrant au Carmel de l'Incarnacien de sa viloto de neissènço. S'avisè lèu que dins aquéu moungié, lei Souaro avien pron leissa de caire la Règlo rigouroué establido pèr lei foundadou. Escalustrado pèr soun demena vergougnable, Terèso emé tres coumpagno si decidè d'ana n'en founda n'autre, aquéu de Sant Jousè e maugrat touei leis empache e leis engàmbi que lei catau de la Glèiso li garcèron à-bel-èime, n'en foundè puei – emé l'ajudo de soun bouon coulègo Sant Jan de la Crous – dès-e-sèt pèr lei frumo e uno quingenado pèr leis ome, pas mai ! Fau crèire qu'à cha-uno, sei reüssido l'avien douna lou ruscle !... Lèu, la Reformo de Terèso duvenguè la Règlo de l'Ordre en plen, e lou Papo la fe puei "Dóutor de la Glèiso". Quand mourè, en mai de soun obro d'aministrarello leissavo au mounde mai d'uno dougeno de libre de touto meno, anant d'uno "Metodo pèr visita lei Couvent" fin qu'au "Camen de Perfecien" e au "Castèu de l'Amo". Pèr fa cort, s'èro bèn ameritado soun escais-nom de Terèso La GRANDO !

 

Mai-tè ! M'avìsi d'uno causo ! Siéu aqui, au miéu, asseta à moun burèu e v'àuvi d'eici – se, dóu mens, mi fès l'ounor de liegi ma proso ! – en tren de vous demanda : mai coumo va qu'aquéu vièi plandron de M.M. nous vèn debana sei conte de Mestr'Arnaud[2], à nàutrei dóu Grihet que sian pulèu afeciouna pèr ce que toco à la Prouvènço, non-pas à l'istòri dóu Reiaume d'Espagno, amai fougue, de còup que l'a, eitant afiscarello coumo la nouastro. Mai que non, lei coulègo ! Es pas lou vieùgi que m'aclapo e coumo si dis dins la Pastouralo "siéu panca rababèu", ei pas "vira lou cadran !". Que, se vous pàrli vuei de la Grando Santo que sabès es qu'èro tambèn... Qu v'aurié cresu !... TAMBOURINARELLO ! Mume que seis estrumen : un tambourinet, tout aragna de fiéu d'aram pèr lou sauva deis auvàri, e doui fleitet – que leis Espagnòu li dien "pitos" – bèn racata dins soun massapan de bouos, coumo uno fotò publicado dins "Folklore de France" en 1961 nous n'en pouarge la provo – n'en vaqui la còpi –, seis estrumen, coumo va disiéu, soun counserva piousamen dins soun moungié de Sant Jóusè, vounte cadun lei pòu ana vèire. Amai lou doucumen siegue un brèu afali, vous arremarcarés de segur la façon rufo d'aquel arnescàgi musicau. Fau dire que Louis XVI èro panca neissu, emé soun estile bèn alisca que fa despuei mirando sus nouàstrei tambouren escrincela. Tant coum'èron, Terèso lei toquè touto sa vido, proumié en famiho, puei au Counvent pèr fa fringa lei souaro ei jor de Fèsto Jouiouso - Calèno, Candeloué, Pasco... Es pèr acò, qu'à l'aflat de Pèire Gontard rèire-presidènt de nouastro Federacien, Santo Térèso fouguè chausido coumo patrouno dei Tambourinaire prouvençau e que iéu, mesquen, escrivèri pèr l'ounoura "Sur les Chemins d'Avila" que fouguè puei enregistra pèr l'Academié dóu Tambouren.

 

Ebè, aro beis ami, que v'ei raca lou mot de Santo... Claro, valènt-à-dire lou pèr-de-que de moun article d'aqui, vous tìri ma capelado en vous diant "à si ravèire" emé l'ajudo pouderoué d'uno Espagnolo dóu fue de... pas diéune e se lei touaro vous auran pas roueiga leis artèu. E puei tè, pèr lou bada e amor qu'avèn bèn rabouli dins la religien, s'en souveni de vouastre passàgi ei Sàntei-Fouant, vous petavo de prega dins lou biais dei rèire, vaqui uno preièro Sant Janenco levado de la Sartan dóu cinq d'Avoust de 1893 e que, dóu-mens va mi pènsi, pourrié bèn èstre coumo "l'Enguent de Mèstre Arnaud" : se fa pas de bèn, segur fa pas de mau !

 

Au lié de Diéu

Mi còuchi  iéu

Cinq àngi li viéu :

Dous ei pèd,

Dous au cabé

Moun àngi gardian au mitan

Que tèn sa roso dins sei man

Mi di : coucho-ti

Agues pas pòu de teis enemi

Ni de fue, ni de flamo

Ni de la mouart subitano. 

 

 

Maurìci MARÉCHAL

Araou, lou dilun de Pasco de 2003[3]

[1] Janino Rini, respounsablo dóu journau dóu Grihet Leis Ecò, e fremo de noueste rèire-Cabiscòu Jòrgi Rini (1993).

[2] Coumprenès "de ma grand-la-bòrni".

[3] En souvenènço de noueste coumpan de routo, lou grand "M. M." que partejè, amistadous emai freirenau, lei dès darriéreis annado de sa vido emé nautre, au Grihet dóu Plan-dei-Cuco. Longo mai à-n-éu au Paradis dei tambourinaire emai dei Troubaire marsihés !

Je me suis laissé dire que certains membres du Grihet n'ont pas été trop rebutés par mon article sur "Le Tambourin d'aujourd'hui", à tel point – dixit J.R[1]  – qu’il faut que je me remette à la tâche, avec quelques renseignements sur Sainte Thérèse. Il faut avouer qu'il s'agit là d'un sujet assez ingrat et que –, s'il arrivait que nos amis lecteurs ne soient modérément séduits par le contenu de cet exposé,– la faute ne m'en incombe pas. Il convient de l'imputer à la Rédaction qui me l'a demandé ! D'autant que la Thérèse dont nous allons traiter est Thérèse de Jésus, plus connue sous le vocable de Sainte Thérèse d'Avila, ou encore dans les terres ibériques, Thérèse "la Grande" pour la distinguer de la "Pequeña", ou bien "Teresita", à savoir Sainte Thérèse de Lisieux. Et cette femme-là , vous pouvez m'en croire, était rien moins que de la roupie de sansonnet ! Fanatique de son Dieu comme elle le fut, même si en lisant ses Mémoires et les ouvrages qu'elle publia de son vivant, il est permis de se demander si, pour elle, Amour Mystique et amour charnel n'étaient point les deux facettes d'une passion ardente qui englobait la Sainte Trinité et la créature humain dans une sorte de tourbillon exalté ! Une chose est certaine : la Religion – comment dirai-je ? – quelque peu édulcorée telle qu'on la présentait autrefois dans le catéchisme à l'usage des enfants, je puis vous assurer que ce n'était point là sa tasse de thé !

Issue de deux nobles familles d'Avila – Vieille Castille – les Sanchez de Cepida par son père et les Ahumada du côté maternel, elle en hérita l'intelligence, la foi chrétienne et un attrait presque excessif pour l'Absolu. C'est ainsi qu'aux environs de ses 18 ans elle souhaita échapper aux vanités mondaines- qui, il faut l'avouer, l'avaient quelques temps séduite- en entrant au Carmel de l'Incarnation de sa bourgade natale. Il lui apparut bien vite que dans ce monastère, les nonnes s'étaient fort écartées de la Règle rigoureuse établie par les fondateurs. Choquée par ces mœurs répréhensibles, elle décida de fonder une autre "maison", le couvent de St Joseph et en dépit de l'opposition des Princes de l'Eglise qui, à l'envi, lui mirent des bâtons dans les roues, elle en fonda par la suite, avec l'aide de son vieux complice St Jean de la Croix, jusqu'à 17 pour les femmes et une quinzaine pour les hommes. Excusez du peu! Il faut croire que l'un après l'autre, ses succès l'avaient mise en appétit !
Bientôt, la Réforme de Thérèse fut adoptée par la totalité de l'Ordre et le Pape la nomma Docteur de l'Eglise. Quand elle rendit l'âme, en sus de son oeuvre d'administratrice, elle laissait au Monde plus d'une douzaine d'ouvrages en tout genres, allant d'une "Méthode pour visiter les Couvents" au "Chemin de Perfection" ou encore au "Château de l'Ame". Bref elle avait tout à fait mértié son surnom de GRANDE.


Mais ...Ça alors, il me vient un scrupule: me voilà, chez moi, installé à mon bureau et je vous entends d'ici- si du moins vous me faites l'honneur de lire ma prose-en train de vous demander: Comment se fait-il que ce vieux lourdaud de M.M nous débite ses contes à dormir debout[2], à nous membres du Grihet, dont les intérêts vont plutôt à la Provence (plutôt) qu'à l'histoire du royaume d'Espagne, quoiqu'elle soit parfois tout aussi passionnante que la notre. Mais non, Chers Amis, ce n'est point la Vieillesse qui m'accable et comme il est dit dans la Pastorale: je ne suis pas encore gaga, je n'ai pas pété les plombs, car si je vous parle aujourd'hui de cette grande sainte c'est qu'elle était aussi ...qui l'aurait cru? TAMBOURINAÏRIS ! A tel point que ses instruments: un tambourin de taille réduite-entouré d'un grillage pour le protéger d'accidents possibles- et de deux flûtes ("pitos" en Espagnol) rangés dans un coffret de bois, comme un cliché publié dans Folklore de France en 1961 nous en apporte la preuve  ---cf photocopie ci dessous-. Ses instruments, disais-je, sont précieusement conservés au monastère de St Joseph où chacun peut les voir ? Bien que le document soit un peu flou, vous voudrez bien noter la facture rustique de ce modeste instrumentarium. Il faut dire que Louis XVI n'était pas encore né, avec son style raffiné qui depuis fait merveille sur nos tambourins finement sculptés. Tels quels, Thérèse en joua sa vie durant, tout d'abord en famille, puis au couvent pour faire danser les nonnes  les jours de Fêtes Joyeuses; Noël, la  Chandeleur, Pâques... C'est pour cette raison, qu'à l'initiative de Pierre Gontard, ex-président de la F.F.M., Ste Thérèse fût choisie comme Patronne des Tambourinaires Provençaux et qu'en modeste hommage j'écrivis "Sur les Chemins d'Avila" qui fut plus tard enregistré par l'Académie du Tambourin.


Et voilà, chers amis, maintenant que je vous ai livré le fin mot de l'histoire, c-à-d. la raison de cet article, je vous salue bien bas en vous disant "au revoir", avec l'aide efficace d'une Espagnole du ...tonnerre et ...si les petits cochons ne vous mangent pas! (littérallement : si les chenilles ne vous rongent pas les doigts de pied) Et puis, tenez, pour la bonne mesure, maintenant que nous baignons dans la Religion, si en souvenir de votre passage sur les Fonts Baptismaux, il vous prenait une envie soudaine de prière à la 
.façon de nos ancêtres, voici une prière du quartier St Jean, extraite de La Sartan du 05/08/1893 et qui d'après moi, pourrait bien ressembler à la "Pommade de Maître Arnaud" qui si elle ne fait pas de bien, du moins ne fait pas de mal!

 

Au lit de Dieu
Moi je me couche
J'y vois cinq anges:
Deux au pied,
Deux au chevet,
Mon ange gardien au centre
Tient sa rose dans ses mains 
Il me dit: couche-toi!
N'aie pas peur de tes ennemis,
Ni du feu , ni des flammes
Ni d'une mort subite.

 

 

Maurice MARÉCHAL

Allauch, luni de Pâcques 2003[3]

[1] Jeanine Rini, responsable du journal Les Echos du Grihet Grihet et femme de notre  ancien Président Geoges Rini (1993).

[2] En provençal on dit "de ma grand-la-bòrni". (ma grand-mère la borgne)

[3] En souvenir de notre compagnon de route, le grand "M.M." qui a partagé, amicalement avec ses frères, les dix dernières années de sa vie avec nous, au Grihet de Plan-de-Cuques. Longue vie à nouveau au Paradis des tambourinaires avec les Troubaires marseillais !

Maurice MARÉCHAL

La fête de la Saint Thérèse (1515-1582) est le 15 octobre et la prestigieuse Académie du Tambourin prend part chaque année à la messe en son honneur dans l'église de Saint-Jean-de-Malte à Aix-en-Provence.

© 2018 Armana Marsihés

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle