© 2018 Armana Marsihés

LA MODE À LA GIRAFE

Segur que si faguè bèn remarca, pecaire, lou batèu sarde I due fratelli quand arribè dins lou port de Marsiho, lou trege d’óutobre de 1826, qu'èro pas deis ourdinàri ! Amenavo uno girafo ! Un presènt dóu Vice-Rèi d’Egito, Mehemet-Ali, au rèi de Franço, Carle X ! E nous poudès crèire quand vous dian qu'èro la proumiero girafo que pauvè sei bato sus lou sòu francés !

 

Après uno quaranteno dins lou lazaret pròchi dóu port, ti la faguèron sourti dóu batèu lou 14 de nouvèmbre, de nue, qu’avien pòu d’un treboulùgi. Es que la damisello vouiajavo pas souleto : li falié pas mens de trei vaco pèr la nourri – qu’engoulissié vint-cinq litre de la pèr jour –, un varlet carga de lei móuse, doues antilopo e trei soudanés pèr pas que si sente despaïsado !

 

Es à moussu de Villeneuve-Bargemon, prafèt dei Bouco-dóu-Rose que revenguè messien de viha sus aquelo enmigranto. Va faguè emé foueço counsciènci : l’istalè dins la court de la prefeituro dins uno baraco de boues auto coumo falié, caufado emai un enclaus à l’entour. Aqui dedins si poudié louja tout lou trin de la girafo. Avans lou trasport enjusqu’à Paris, touei passèron la marrido sesoun eicito, à Marsiho !

 

Quand fasié bèu tèms, pèr la manteni dins soun bouen, si poudié vèire la girafo si proumena dins lei carriero de Marsiho emé, de davans, de gènt d’armo d’à chivau e sabre nus, ço que dounavo uno gau dei grando ei badau marsihés emai uno bello pòu ei chivau.

 

Enfin, au mes de mai de 1827, si falié sounja au vouiàgi vers Paris. Fuguè decida que si va farié d’à pèd pèr pichóuneis estapo de 20 kiloumètre. Dins la caravano l’avié la girafo, lei vaco, uno antilopo (que l’autro èro mouarto), dous moufloun, lou varlet móusaire, lei soudanés, un interprèto e lou chèfe : lou savènt Jaufret Saint-Hilaire. Pèr l’apara dei plueio de printèms la girafo avié un encirat estampa deis armo de Franço e d’Egito.

 

Tout aquéu trin passavo pas incognitò e à-z-Ais, Avignoun, Aurenjo, Mountelimar, Vieno ti li faguèron un acuei estrambourdant. À Lien, si faguè uno pauveto de cinq jour que la girafo agantè un clavèu dins uno de sei bato, ço que li leissè lou tèms de desfuia lei tihòu de la plaço Bellecour. Lou vouiàgi reprenguè puei… Parèis meme qu’un trentenau d’aubergo e de boutigo prenguèron uno girafo pèr bandiero après lou passàgi dóu courtègi. À Paris, après uno receicien ufanouso pèr lou rèi Carle X, la girafo fuguè istalado dins la grando serro dóu Jardin dei Planto.

 

Aquel evenimen faguè espeli un mouloun d’óujèt di "à la girafo" : tarraio, sieto, bacin de barbié, telo pintado, fèrri d’estira, escaufo-lié, encrié, ventau, tabaquiero, armana… d’en pertout l’avié lou retrat de la girafo. Lei dono si couifèron "à la girafo" emé doues pichounei bano ; leis ome nousèron sei gravato "à la girafo", la coulour "vèntre de girafo" faguè furour, enfin à Castèu-Goumbert, pròchi dóu Plan-dei-Cuco si counservo au Musèu un coutihoun pica d’aquelo epoco que si li pòu vèire dessuto uno girafo en boutis.

 

De juiet à desèmbre de 1827, pas mens de sièis-cènt-milo Parisen venguèron vesita l’africano; puei la curiéusita anè en demenissènt. À la debuto de 1845, la girafo mouriguè e fuguè empaiado; restè un siècle de tèms dins lei galarié zououlougico dóu Musèu d’Istòri Naturalo à Paris. Aro, à l'asard de l’amenistracien… si la pòu vèire au Musèu de La Rouchello...

 

Crestiano LA SESTIANO

C’est sûr qu’il se fit bien remarquer, le bateau sarde I due fratelli qui arriva dans le port de Marseille  le treize octobre 1826 qui n’était pas banal ! Il amenait  une girafe ! Un cadeau du vice-roi d’Egypte, Mehemet-Ali, au roi de France, Charles X ! Et vous pouvez nous croire quand on vous dit que c’était la première à poser ses sabots sur le sol français !

Après une quarantaine dans le lazaret tout proche du port, on te la fit sortir du bateau le 14 novembre, de nuit, car on craignait une émeute. C’est que la demoiselle ne voyageait pas seule : il ne lui fallait pas moins de trois vaches pour la nourrir – elle engloutissait 25 litres de lait par jour –, un valet chargé de les traire, deux antilopes et trois soudanais pour qu’elle ne se sente pas dépaysée !

C’est à Monsieur de Villeneuve-Bargemon, préfet des Bouches-du-Rhône, que revint la mission de veiller sur cette émigrante. Il le fit avec beaucoup de conscience : il l’installa dans la cour de la préfecture dans une baraque en bois d’une hauteur suffisante, chauffée, avec un enclos autour. Dedans on pouvait loger toute la suite de la girafe. Avant le transport à Paris, tous passèrent la mauvaise saison, ici, à Marseille !

Quand il faisait beau, et pour la maintenir en forme, on pouvait voir la girafe se promener dans les rues de Marseille précédée de gens d’arme à cheval et sabre au clair, ce qui procurait une grande joie aux badauds marseillais et une belle peur aux chevaux.

Enfin, au mois de mai 1827, il fallut penser au voyage vers Paris. On décida qu’il se ferait à pied par petites étapes de 20 kilomètres. Dans la caravane, il y avait : la girafe, les vaches, une antilope (l’autre était morte), deux mouflons, le valet trayeur, les soudanais, un interprète et le chef : le savant Geoffroy Saint-Hilaire. Pour la protéger des pluies du printemps la girafe avait un imperméable ciré où étaient frappées les armes de France et celles d’Egypte.

Tout ce train ne passait pas incognito et à Aix, Avignon, Orange, Montélimar et Vienne on lui fit  un accueil enthousiaste. A Lyon, il y eut une pause de cinq jours car la girafe avait pris un clou dans un de ses sabots ; ce qui lui laissa le temps d’effeuiller les tilleuls de la place Bellecour. Le voyage repris… il parait qu’une trentaine d’auberges et de boutiques prirent une girafe pour enseigne après le passage du cortège.  A Paris, après une réception somptueuse par le roi Charles X, la girafe fut installée dans la grande serre du Jardin des Plantes.

Cet événement fit fleurir de nombreux objets dits "à la girafe" : vaisselle, assiettes décoratives, plats à barbe, toiles peintes, fers à repasser, bassinoires, encriers, tabatières, almanachs… partout on pouvait voir une représentation de la girafe. Les dames se coiffèrent "à la girafe" avec deux petites cornes ; les messieurs nouèrent leurs cravates "à la girafe", la couleur "ventre de girafe" fit fureur, enfin, à Château-Gombert, tout près de Plan-de-Cuques, on conserve au Musée un jupon piqué de cette époque sur lequel on peut voir une girafe en boutis.

De juillet à décembre 1827, pas moins de six cent mille Parisiens vinrent visiter l’africaine ; puis la curiosité diminua petit à petit. Au début de 1845, la girafe mourut et fut naturalisée ; elle resta un siècle dans les galeries zoologiques du Musée d’Histoire Naturelle à Paris. Maintenant, hasard de l’administration…  on peut la voir au Musée de La Rochelle …
 

Christiane LA SESTIANO

Christiane la Sestiane