© 2018 Armana Marsihés

LA GLOIRE DES BOULES DANS L'ŒUVRE DE PAGNOL

Quouro tournan liegi o vèire lei cap d'obro de Macèu Pagnol, sei libre coumo sei filme, si rendèn comte que l'escrivan prouvençau manquè pas de fa referènci mant-un còup au jue de bocho.

 

Es coum'acò qu'à Pagnol, demié sei souveni d'enfanço en Aubagno, li revenguè "la partido de bocho souto lei platano dóu Cous" mounte soun paire si li bandissié d'à bound proudigious e trasié uno masso de fèrri en de distànci que passon l'imaginacien.

 

Pèr douna d'eisèmple. Dins lei versien filmado de sa trilougié, li vian de scèno memourablo coumo aquelo de la partido de bocho dins Fanny quouro lou tram es fourça de s'aplanta. Vo enca coumo dins César quouro lou menaire dóu Ferry-boat s'envento uno partido quand mando uno telefounado à Cesar, despuei lou vilajoun dei Leco. Bèn mai qu'acò, dins lou "Tèms deis amour" qu'es lou darrié tome inacaba dei "Souveni d'enfanço", l'a tout un chapitre que li dien "la partido de bocho de Jóusè". Eicito, emé foueço detai pintouresc emai teini, Pagnol li countè la vitòri de soun paire e de seis equipié, l'ouncle Jùli e Mound dei Parpaioun. Aquéu councours dóu Ciéucle dei Beloun vous avié recampa, pecaire, pas mens de quaranto tripleto, siegue cènt-vint jugaire.

 

Pamens, s'es bèn de bocho que n'es questien, Pagnol li fa mai referènci à la longo, vo se voulès lou jue prouvençau, qu'à la petanco. E lou biais de juga es pas parié que l'uno coumo l'autro pouerton bèn soun noum. La longo, ti l'an mes ansinto que lou le, pecaire, dèu èstre manda entre lei quinge e vint mètre :  avisas-vous qu'à passa tèms si poudié manda enjusqu'ei vint-e-cinq mètre ! Puei, partènt dóu round, lou pountaire dèu faire un pas en restant bèn sus un pèd soulet avans que mande la bocho. Lou tiraire éu, dèu fa trei pas pèr aganta l'óujèt en miro. E mi poudès crèire qu'aquéstou poste d'aqui demando proun de gàubi emai de souplesso. Es pèr acò que Pagnol parlè dei "bound espetaclous" de soun paire sus lou Cous d'Aubagno e de "sei trei saut raglamentàri" au councours dei Beloun. Vaqui coumo vui coumprenèn que Jóusè devié èstre un jugaire de trìo. E puei l'a que de regarda lou filme La Glòri de moun paire d'Ive Roubert, la scèno que Jóusè Pagnol li tiravo coumo un Diéu "sus trei pas" dins uno partido de longo sus la plaço dóu vilàgi.

 

Au contro, la petanco si juego "emé lei pèd tanca" dins lou round. E lou gàrri si pòu manda entre lei sièis e dès mètre, pas mai. Alor, coumo va que dins l'obro de Pagnol si parlo pas tant de petanco ? Vous anan dire nouesto idèio sus la questien que tant pourra valé pèr lou mot de Santo Claro ...

 

La petanco fuguè enventado en 1910 à la Ciéutat pèr un vièi jugaire que li disien Jùli Hugues, e que soun escais-noum èro "Le Noir". Mai acò si capitè un pau à l'asard de soun empachamen, va fau bèn recounouisse. Aquéu brave ome, dounc, que sei raumatisme l'empachavon de si boulega, pecaire, fuguè bèn fourça un jour de juga lei pèd tanca dins lou round en mandant lou le sus uno distànci pas tant longo qu'à l'abitudo... E pau à cha pau s'espandiguè la petanco qu'à l'ouro d'aro si juego dins lou mounde entié.

 

Dóu tèms de Pagnol, la longo èro enca lou jue de bocho màji en Prouvènço. Va vian bèn quouro dins la "partido de bocho de Jóusè", escriguè que Mound dei Parpaioun l'avié encapa de poun autant bèu qu'aquélei que fan pica dei man à la finalo dóu councous dóu Petit Provençal. Aquito, Pagnol faguè referènci au grand councours de longo que crebè l'uou en 1908. Despuei decèsso pas de recampa un mouloun de jugaire coumo de regardaire au pargue Borèly de Marsiho. Aguèsse escri vo filma un pau plus tard, que Pagnol aurié proubable mai parla de petanco.

Aurié bessai tambèn parla dóu councours que li dien aro "Le Mondial"[1]. Mai, coumo espeliguè pas avans 1962, acò parlo soulet que si poudié pas fa.

 

Coumo que vague, longo vo petanco, Pagnol englouriè mai que tout lou biais engaubia de soun paire cassaire, emé "lou còup dei bartavello", emai tiraire au jue de la longo. En meme tèms, faguè lou retra fidèu e parlant d'un troue de la vido vidanto marsiheso emai prouvençalo.

 

Alan DEMICHELIS

 

[1] Es ourganisa pèr lou journau La Marseillaise. Aquéu councours, talamen qu'es famous, v'atrivo de participant vengu dóu mounde entié !

Quand nous relisons ou revoyons les chefs-d’œuvre de Marcel Pagnol, ses livres comme ses films, nous pouvons constater que l’écrivain provençal évoque plus d’une fois le jeu de boules.

 

Ainsi, Pagnol, parmi ses souvenirs d’enfance à Aubagne, se souvient de "la partie de boules sous les platanes  du Cours" où son père faisait des bonds prodigieux et lançait une masse de fer à des distances inimaginables. 

 

On peut donner l’exemple, dans la version filmée de Fanny, de la fameuse scène où la partie de boules oblige le tramway à s’arrêter. Ainsi encore, dans César, le chauffeur du ferry-boat invente une partie de boules quand il téléphone à César depuis le petit village des Lecques. Surtout, dans "Le temps des amours", qui est le dernier tome inachevé des "Souvenirs d’enfance", il y a tout un chapitre intitulé "La partie de boules de Joseph". Ici, avec force détails pittoresques et même techniques, Pagnol raconte la victoire de son père Joseph et de ses équipiers, l’oncle Jules et Mond des Parpaiouns, au concours du Cercle des Bellons qui avait attiré pas moins de quarante triplettes, soit cent vingt joueurs.

 

Pourtant, s’il est bien question de boules, Pagnol fait référence à la longue, c’est-à-dire le jeu provençal, plutôt qu’à la pétanque. Longue et pétanque, qui portent bien leur nom, ne se jouent pas de la même façon. A la longue, le but doit être envoyé de quinze à vingt mètres : jusqu’à vingt cinq mètres jadis ! Puis, à partir du rond, le pointeur doit faire un pas et bien rester sur son seul pied d’appui avant de jouer sa boule tandis que le tireur, lui, doit faire trois pas pour frapper l’objet visé. A la longue, le poste de tireur demande, incontestablement, beaucoup de qualités d’adresse et de souplesse. Voilà pourquoi Pagnol nous parle des "bonds prodigieux" de son père sur le Cours d’Aubagne et de ses "trois sauts réglementaires" au concours des Bellons. Nous pouvons donc comprendre aujourd’hui, que Joseph devait être un très bon joueur. Et puis, il n’est que de regarder, dans le film La gloire de mon père d’Yves Robert, la scène où Joseph Pagnol tire brillamment "sur trois pas" lors d’une partie de longue sur la place du village.

 

Au contraire, la pétanque se joue "avec les pieds tanqués" dans le rond. Et le but est lancé de six à dix mètres seulement. Alors, dans l’œuvre de Pagnol, comment se fait-il qu’il n’est pas question de pétanque ? Voici notre explication qui nous semble bien correspondre à la réalité…

 

La pétanque fut inventée en 1910 à La Ciotat par un vieux joueur, qui s’appelait Jules Hugues et qu’on surnommait Jules "le Noir". Il faut reconnaître que cela fut plutôt le fruit d’un hasard dû à son handicap. Ce brave homme donc, dont les rhumatismes rendaient difficiles les mouvements, fut bien forcé de finir par jouer les pieds "plantés" dans le rond et d’envoyer le bouchon sur une plus petite distance que d’habitude… Et la pétanque se développa progressivement pour devenir un jeu maintenant pratiqué sur toute la planète.

 

A l’époque de Pagnol, la longue était encore le jeu de boules principal en Provence. Nous le voyons bien quand dans la "partie de boules de Joseph", Pagnol écrit que Mond des Parpaiouns y avait réussi des points aussi beaux que ceux qu’on applaudit à la finale du Concours du Petit Provençal. Pagnol se réfère là au grand concours de longue qui a été créé en 1908 et qui, depuis, a continué de rassembler des joueurs et des spectateurs par milliers au Parc Borély à Marseille. S’il avait écrit ou filmé un peu plus tard, Pagnol aurait probablement parlé davantage de pétanque.

Il aurait peut-être également parlé du concours appelé aujourd’hui Le Mondial [1], mais celui-ci ayant débuté seulement en 1962, évidemment cela ne pouvait se faire.

 

Quoiqu’il en soit, longue ou pétanque, Pagnol glorifia grandement les qualités d’habileté de son père comme chasseur, avec le "coup des bartavelles", et aussi de tireur au jeu de longue. En même temps, il exprima fidèlement un aspect de la vie quotidienne marseillaise et provençale.

Alain DEMICHELIS

 

[1] Organisé par le journal La Marseillaise, ce concours est tellement renommé qu’il attire des participants venus du monde entier !