© 2018 Armana Marsihés

L'ESTACO DEI MARSIHÉS

Sur l'air de l'Estaca de Lluis LLACH (1968)

Marsiho, un bram de vouaturo,

Un marcat plen de boucan,

Un portau sus l'aventuro;

Si toco pas'mé de gant !

Marsiho, uno cridadisso;

La susour toumbo à degout,

De póussiero mescladisso,

Sus la Plajo e dins lou Gou.

 

Marsiho e la mar qu'espousco,

De roucaio sèns sourgènt,

Un pouèto qu'es en bousco,

Un patiaire qu'a d'argènt.

Marsiho es rèn que Marsiho

E Marsiho noun sera

Qu'au soulèu que lou grasiho

E que lou grasihara.

 

Vilo douço e vilo rudo

Que lou mounde descarè,

Siegue toun amo escoundudo

Eitant founs qu'un tèmple grè.

Mai en tóuti dounant sousto

As aculi de coumpan

Que dóu rascla de la crousto

Soun vengu faire soun pan.

 

 

Buai de la fausso naturo !

As fa rire de teis us

En ti dounant pèr pinturo

Leis Oulivo e Marius.

As eima la pagnoulado

Que ti garavo d'ennuei,

Mai que vuei es arrapado

Sus lei ribo dóu Port-Vièi

 

A-n-aquélei que dins Rose

An vougu ti bateja

As pas proun di : « que vous crose,

Siéu pas pèr zounzouneja ».

D'autre an mastrouia sa plumo

T'ensignant, court e coustié,

Que lou fanau que s'alumo

Pòu briha qu'à Mount-Pelié.

 

De Paris, puei, la culturo,

Qu'es un abit d'Arlequin,

T'empeguè sa vestiduro

Coumo un marrit casaquin.

Ti siés remesso de pèsto,

Mai, tei fiéu, cabussaren

Se countunian de la fèsto

Emé l'acènt parisen.

 

Siés coumo un tròup grand bestiàri

Que sentè pas lei pevou

E s'es fa manja dei gàrri

En louchant contro de loup.

Marsiho la Capitalo

Dei culturo, dei nacien

Seras toujour emperialo

Dins un mounde de passien.

 

Noun sian plus, vuei, qu'uno pougnado,

De mai ancian e de pitouet,

Qu'escalan sus la barricado

Pèr nouesto lingo tant goustoue.

De Sant-Loueis fin qu'à Mazargo,

Si n'en gisclara de belu,

Basto Marsiho fague targo

Dins lou parla dóu grand Gelu.

Marseille, un hurlement de voitures,

Un marché plein de vacarmes,

Un portail sur l'aventure;

Elle ne se touche pas avec des gants !

Marseille, une série de clameurs;

La sueur tombe par gouttes,

Mélangée à de la poussière,

Sur la Plage et dans le Golfe.

 

Marseille et la mer qui éclabousse,

Des rochers d'où ne sort point de source,

Un poète qui recherche,

Un chiffonnier qui a de l'argent.

Marseille n'est rien que Marseille

Et Marseille ne sera

Qu'au soleil qui la grille

Et qui la grillera.

 

Ville douce et ville rude

Que le monde défigura,

Que ton âme reste cachée

Aussi profondément qu'un temple grec.

Mais en offrant ton abri à tous

Tu as accueilli des compagnons

Qui des racleurs de ta croûte

Sont venus faire leur pain.

Pouah ! pour la fausse nature !

Tu as fait rire de tes coutumes

En te donnant pour te dépeindre

Les Marius et Olive.

Tu as aimé la pagnolade

Qui te préservait de l'ennui,

Mais qui, aujourd'hui est accroché

Sur les rives du Vieux-Port.

 

Mais à ceux qui dans le Rhône

Ont voulu te baptiser

Tu as dit : " Que je vous coupe,

Je ne suis pas pour zézéyer".

D'autres ont trituré ta plume

T'enseignant en frappant à côté,

Que le fanal qui s'allume

Ne peut briller qu'à Montpellier.

 

Puis, de Paris la culture,

Qui est un habit d'Arlequin,

T'a collé son vêtement

Qui n'est qu'un mauvais tricot.

Tu t'es remise de la peste,

Mais nous, tes fils, nous tomberons

Si nous continuons à faire la fête

Avec l'accent parisien.

 

Tu es comme un trop grand animal

Qui ne sentait pas les poux

Et s'est fait manger des rats

En luttant contre les loups.

Marseille la Capitale

Des cultures, des nations

Tu seras toujours impériale

Dans un monde de passions.

 

 

Nous ne sommes plus aujourd'hui qu'une poignée,

De plus anciens et de petits

Qui grimpons sur barricade

Pour notre langue pleine de saveur.

De Saint-Louis jusqu'à Mazargues

Il en jaillira des étincelles

À condition que Marseille entre dans la lutte

Avec la langue de Gelu.

Ce poème fut écrit sur l'air de la chanson catalane l'Estaca de Lluis Llach pour Jean-Michel Turc avec l'autorisation et l'aide de son auteur et ami Jean-Pierre Tennevin. Le titre du poème était à l'origine Pèr Marsiho.  Nous retrouvons pleinement la ferveur contestatrice comme dans les autres adaptations (corse, provençal, polonais...).