© 2018 Armana Marsihés

APPEL DU GÉNÉRAL DE GAULLE

DU 18 JUIN 1940

" Lei chèfe que despuei d’annado beilejon leis armado franceso, an coustituï uno meno de gouvernamen. Aquéstou gouvernamen que diguè pèr sei rasoun que nouèsteis armado si faguèron metre en poutiho, es intra en raport emé l’enemi pèr que meteguessian fin ei coumbat.

 

Segu que nous a aclapa, nous aclapo la fouarço dei machino enemigo, sus terro coumo dins leis èr. Bèn mai que soun noumbre, leis Alemand nous fan pouja arrié emé sei càrri, seis avioun, soun biais de coumbatre. E talamen que lei càrri, leis avioun, la tatico deis Alemand leis an sousprés, nouèstei chèfe n’en soun vui ounte n’en soun. Mai es-ti pestela noueste sort ? Fau-ti que s’avaligue l’esperanço ? Fau-ti plu reveni sus nouesto desfacho ? Noun ! Cresès-mi, iéu que vous pàrli en sachènt ce que n’es e que vous diéu que rèn es perdu pèr la Franço. Lei mémei mejan que nous faguèron vincu pourran un jour nous vira vincèire.

 

Car la Franço es pas souleto ! Es pas souleto la Franço ! S’apielo sus un Empèri dei vaste. Emé l’Empèri bretounen que tèn la mar e que decesso pas de loucha, la Franço pòu faire bàrri e teni targo. Coumo l’Anglo-Terro, la Franço pòu emplega tant que vòu l’espetaclouso industrìo americano.

 

Aquelo guerro s’aplanto pas ei raro de noueste peïs malastra. Es pas la bataio de Franço qu’a regla lou sort de la guerro. Es moundialo aquesto guerro. Si capito, dins lou mounde, toui lei mejan pèr que l’enemi siegue un jour escracha. Espóuti que sian vui pèr la fouarço dei machino, poudren vincre dins l’avenidou pèr uno fouarço mecanico mai grando. Es aquito que si devino lou destin dóu mounde.

 

Iéu, generau de Gaulle, que mi tròbi au tèms que sian à Loundre, demàndi eis óuficié emai ei sourdat francés que soun en terro bretounenco vo que si li capitarien, emé seis armo vo sènso seis armo, demàndi eis engeniaire emai eis oubrié especialisto dins leis industrìo d’armàgi que soun en terro bretounenco vo que si li capitarien de prendre lingo emé iéu.

 

Coumo que vire, noun fau pas que s’amouesse la flamo de la resistènci franceso e noun s’amoussara pas.

 

Deman, coumo encui, parlarai mai à la radiò de Loundre. "

"Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement.

 Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat.

 

Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi.

 Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

 Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !

 Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.

 

Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des Etats-Unis.

 

Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.

 

Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

 

Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.

 

Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres."

Général DE GAULLE

Texte traduit par Jean-Michel Turc lors du 18 juin 2005 pour le Grihet de Plan-de-Cuques.