© 2018 Armana Marsihés

JERADOU

Fabien ROUMAN

A Taoufik

 

Camin daura. Dins un revoulun de pòusso d'or,

Parèisse un clapié viéu de demouero blanquinello.

Sus soun baus autourous, Jeradou si desvèlo,

Fièr vilàgi berbère, un cèu sin pèr decor.

 

Uno vièio treno l'aufo, eicito agrouado

Dins la fréulo frescour d'un membre souloumbrous,

Dins lou sablun, d'enfant pèd descaus van urous

Emé pèr touto paumo, d'estrasso amoulounado.

 

Dins un champ eilabas, un ome, facho usclado

Meno un muou meigrelin dins un niéu de safran.

Troubaran sei nistoun, quand si recamparan

Dei fru de l'óulivié uno pleno junchado.

 

Tout aro à l'embruni, leis ome quitaran

Sei pichoun troues de bèn de la terro arido

Car quand dins la lugano, lou mouezin fa la crido,

Si mete en preguiero, lou pople maumetan.

 

Eilamount, de youyou canton la vierginello

E estrifon coumo d'uiau lou sant siau de la nue

Lou nòvi dins soun pies sènte coumo un grand fue

Quand sa man fresto la man d'ené rouginello.

 

Dins lou fre dóu matin, coumo dins moun peïs en un tèms esvali.

Un ai douno lou toun eis ai de l'encountrado

E puei de luench en luen … coumprèni ma tirado

Jeradou si reviho, en iéu, tout s'enlusi.

 

M'as dorbi toun oustau pèr que mi vàgui jaire

M'as fa tasta d'Ouriènt lei dóucei sucrarié

Toun tè es franc e fouart , coumo un souquet d'atié

A tei coustat, moun ami, moun fraire,

Jeradou a lou goust dei fru de barbarié.

 

Fabian ROUMAN

 

Pouèmo escri en 2007 en souveni d'un vouiàgi de soun autour en Tunisìo l'an d'avans, au mes de juliet de 2006.

A Taoufik

 

Chemin doré. Dans un tourbillon de poussières d'or,
Parait un  montjoie  vivant de demeures d'un blanc franc.    
Sur son haut rocher, Jeradou se dévoile,
Fier village berbère, un ciel pur pour décor.

Une vieille tresse l'alfa, ici accroupie
Dans la fraîcheur fragile d'une pièce bien sombre,
Dans le sable, des enfants pieds-nus vont, heureux
N'ayant pour tout ballon que des chiffons entrelacés.

 

Dans un champ là-bas, un homme au teint hâlé
Mène un maigre mulet dans un nuage de safran.
Ses enfants trouveront lorsqu'ils rentreront
Des fruits de l'olivier une double poignée.

 

Tout à l'heure, à la brune, les hommes quitteront
Leurs modestes lopins à la terre aride
Car quand au clair de lune le muezzin appelle,
Se met en prière le peuple musulman.

 

Là-haut, des youyous chantent la jeune vierge
Et déchirent tel des éclairs le calme sacré de la nuit
Le fiancé sent brûler dans son cœur un grand feu
Quand sa main frôle la coquette main rouge d'henné.


Dans le froid du matin, comme dans mon pays en un temps évanoui
Un âne donne le ton aux ânes de la contrée
Et puis de loin en loin...
je comprends ma tirade
Jeradou se réveille, en moi tout s'illumine.

Tu m'as ouvert ta maison pour que je m'y repose
Tu m'as fait goûter de l'Orient les douces sucreries
Ton thé est franc et fort, comme une souche de bois gras
A tes côtés, mon ami, mon frère,
Jeradou a le goût des figues de Barbarie.

 


Fabien ROUMAN
 

Poème écrit en 2007 en souvenir d'un voyage de son auteur en Tunisie l'année d'avant, au mois de juillet 2006.