© 2018 Armana Marsihés

- IN MEMORIAM -

Verdun, l'Astre Sombre

La proumiero guerro moundialo marco dramaticamen la debuto de l’epoco mouderno. Se l’annado 1917 es tras qu’impourtanto emé l’intervencien americano dins la guerro e la revoulucien russo, pèr nàutrei, Francés, es claramen 1916 qu’es subre-tout l’annado «terriblo» coumo va diguè Vitour Hugo pèr la guerro de setanto…

 

Lou 21 febrié de 1916. Dins lou trounèire descadena de mai de milo canoun de touei lei calibre (de 77 à 420 mm) leis Aleman coumençavon sa proumiero óufensivo sus lou frouent dóu pounènt despui la fin de l’annado 1914. Mau-grat lou devejaire dóu Kronprinz (Prince eiretié), lou plan chausi pèr lou Generaloberst (Generau d’Armado) Erich von Falkenhayn, avié pèr toco d’atriva lou gros dei troupo franceso en un poun carcula à l’avanço e de lei « desaresta » emé soun artiharié, mai pouderouso que la nouestro, avans de fa soun comte à la Russìo.

 

Lou debana de la bataio dounè resoun ei cregnènço dóu Kronprinz, subre-tout gràci à la « Vìo Sacrado » (dixit Maurice Barrès), entre Bar-le-Duc e Verdun, ravitaiant touei lei jour la Segoundo Armado franceso (Generau Pétain), lou frouent sara majimen tengu, emé de sacrifìci qu’es pas de dire.

 

La recounquisto dóu fouart de Douaumont, à la fin dóu mes d’óutobre, venguè clava d’un biais vitouriéu aquesto bataio, la mai grando que couneissè l’Armado franceso, subre-tout marcado pèr la mouart au camp d’ounour de 183 000  Francés et 168 000 Aleman. La defènso de l’Astre Sourne diguè clar que l’Armado franceso poudié pas perdre la guerro ; de tout biais pas aquelo… Mai acò es uno autro istòri.

 

Ervé CICCOLI

 

Segound l’urouso espressien de Jòrgi Blond dins soun libre Verdun (Les Presses de la Cité, 1961), que fau trouba e liegi pèr tout entèndre de la bataio.

La première guerre mondiale marque dramatiquement le début de l’époque moderne. Si l’année 1917 est particulièrement importante avec l’intervention américaine dans la guerre et la révolution russe, pour nous, Français, 1916 est par-dessus tout l’année « terrible » comme le dit Victor Hugo pour la guerre de 70…

21 février 1916. Le tonnerre déchainé de plus de mille canons de tout calibre ( de 77 à 420 mm) marque le début de la première offensive allemande sur le font de l’Ouest depuis la fin  de l’année 1914. Le but, défini contre l’avis du Kronprinz (Prince héritier), et planifié par le Generaloberst (Général d’Armée) Erich von Falkenhayn, est d’attirer le maximum de troupes françaises en un point préétabli et de les "saigner à blanc" par la dite artillerie supérieure à la nôtre, avant de régler son compte à la Russie.

Le déroulement de la bataille a justifié les appréhensions du Kronprinz, notamment grâce à la "voie sacrée" (dixit Maurice Barrès) entre Bar-le-Duc et Verdun, ravitaillant quotidiennement la II° Armée du général Pétain, le front sera globalement tenu au prix de lourds sacrifices.

La reprise du fort de Douaumont marque la conclusion victorieuse de cette bataille, la plus grande à laquelle ait participé notre armée. Elle a vu la mort au champ d’honneur de 183 000 Français et 168 000 Allemands. La défense de l’Astre Sombre a surtout signifié que la France ne pouvait pas perdre la guerre. En tout cas, pas celle-là… mais ceci est une autre histoire.


Hervé CICCOLI
 

Selon l'heureuse expression de Georges Blond dans son livre Verdun (Les Presses de la Cité, 1961), dont la lecture est conseillée pour qui veut tout comprendre de la bataille.

Hervé CICCOLI