© 2018 Armana Marsihés

UNE HYDROGRAPHIE PROVENÇALE REMARQUABLE 

Trei còup segur, quand vias lou Jarret coumo es tout riquiqui, sias bèn countènt de saupre qu'es pas soulet e que sa bello famihasso (flume, ribiero, riéu, lau, estang ... e lou patin coufin) vous pourra miés rafrescouli leis idèio ! E qu vous a pas di que Prouvènço regourgavo de record en idrougrafìo, coumo dien ? Voulès d’eisèmple ? N’en vaquito que pourrés enca long-tèms crida : " Mi nègui ! "

 

Proumié, quand parlas dei camin d’aigo. Lou Rose, qu’es ja bèn mes à l’ounour dins la literaturo prouvençalo emai inmourtalisa dins l'obro de Frederi Mistral, signourejo enca coumo lou flume que fa frountiero pèr Prouvènço. Tout fougous e pouderous qu’es em’un debit que va dins sei 10 000 m³/s, Rose es lou segound flume lou mai long de Franço. Soun delta, maugrat que siegue dei moudèste quand regardas leis autre dins lou mounde, es lou segound d’Éuropo après aquéu de Danùbi (cinq còup mai grand) emai lou segound de Mediterragno après aquéu de Nil (trento còup mai grand). De soun coustat, Durènço, qu’es l’afluènt majourau de Rose, fuguè proumié un flume vertadié fin qu’au quaternàri avans que venguèsse uno ribiero que sus sei 324 km pòu ana, pecaire, coumo un gaudre. Soun afluènt qu’es Verdoun va soun camin sus 166 km. Es subretout counouissu pèr sei gorgo espetacloue que si li taiè dins la roco. Emé sei 21 km, lei Gorgo de Verdoun vous pouerjon lou segound cañon lou mai long de Franço après lou de Tarn (50 km) e lou mai founs de toui (700 m). Enfin, pèr lei flume coustié mai courtet, si pòu parla d'Argens (116 km) sènso óublida Var, long de 120 km, qu’es lou soulet flume francés que regouelo fouero dóu despartamen que pouerto lou meme noum.

 

Puei, pèr leis estang e lei lau, vaquito tres eisèmple : d’abord, la mar de Berro qu’es l’estendudo de mar dintre lei terro qu’es la mai grosso d’Éuropo emé sei 155 km² e soun voulume d'aigo de mai de 900 milien de m³ ! Puei, lou lau de Serro-Pounçoun, lou segound lau artificiau lou mai grand d’Éuropo emé sei 28 km² e soun bacin d’1,2 miliard de m³ d’aigo retengu pèr lou barràgi de terro lou mai grand d'Éuropo. Enfin, lou lau d’Alos, lou lau naturau dins la mountagno (2 230 m) qu’es lou mai gros dóu countinènt (50 eitaro e 49 m de founs).

 

E acabaren, fin finalo, emé la Font de la Vaucluso que jito dins l’an sei 630 milien de m³ d’aigo e qu’es la pu pouderoue de Franço, emai la cinquenco dóu mounde. Uno reputacien moundialo que faguè meme passa lou mot "vau-clusenco" coumo un mot de l’idroulougìo academico pèr parla d’aquesto meno de sourgènt.

 

Vaquito dounc d’eisèmple que nous fan vèire un pau coumo va que Prouvènço manco pas de pastoun pèr si leva la set, dins uno regien mieterrano que l’aigo, pecaire, es un sujèt geoupouliti dei tihous au siècle que sian...

 

 

Lou geougrafe assoudela

Bien évidemment, quand on voit la petite taille du Jarret, on est rassuré de savoir qu'il n'est pas seul et que sa grande famille hydrographique (fleuvex, rivièrex, ruisseaux, lacs, étangs ... etc) pourra davantage vous rafraîchir les idées ! Et croiriez-vous que la Provence regorge de nombreux records en matière d'hydrographie ? Vous voulez des exemples ? En voilà qui vous feront encore longtemps crier : " Je me noie ! "​

 

Pour commencer, concernant les cours d’eau. Le Rhône, déjà largement mis à l’honneur dans la littérature provençale et immortalisé dans l’œuvre de Frédéric Mistral, fait encore figure de manière imposante de fleuve frontière pour la Provence. Tout fougueux et puissant qu’il est avec un débit de 10 000 m³/s, le Rhône est le second fleuve le plus long de France. Son delta, bien que plus modeste que ses confrères de par le monde, occupe le second rang européen par sa taille après celui du Danube (cinq fois plus grand) et le second rang méditerranéen après celui du Nil (trente fois plus grand). De son côté, la Durance, affluent principal du Rhône, fut d’abord un véritable fleuve jusqu’au quaternaire avant de devenir une rivière courant sur 350 km, souvent au débit quasi torrentiel. Le Verdon, son affluent long de 175 km, est surtout connu pour ses gorges spectaculaires qu’il s’est taillé dans la roche. Avec leurs 21 km, les Gorges du Verdon offrent le second canyon le plus long de France après celui du Tarn (50 km) et le plus profond de tous (700 m). Enfin, concernant les fleuves côtiers secondaires, on peut signaler l’Argens (116 km) sans oublier le Var (long de 120 km) qui est le seul fleuve de France coulant hors du département éponyme.

 

Puis, concernant les étendues d’eau. Voici trois exemples : d’abord, celui de l’Etang de Berre, qui est la plus grande mer intérieure d’Europe avec ses 155 km² et son volume d'eau de plus de 900 millions de m³ ! Puis, le lac de Serre-Ponçon, le second lac artificiel le plus grand d’Europe avec ses 28 km² et son bassin d’1,2 milliard de m³ d’eau, retenu par le barrage en terre le plus grand d'Europe. Enfin, le lac d’Allos, le lac naturel d’altitude le plus  grand d’Europe à environ 2 230 m d'altitude avec ses 50 hectares de superficie et ses 49 mètres de profondeur.

 

Enfin, la Fontaine de Vaucluse dont le débit de 630 millions de m³ d’eau en fait la résurgence la plus puissante de France (et la cinquième au monde). Une réputation mondiale qui fit même passer le mot « vauclusienne » dans le lexique de l’hydrologie pour parler de ce type de résurgence.

 

Voilà donc quelques exemples qui nous montrent que la Provence a suffisamment de poires pour la soif, dans une zone méditerranéenne où l’eau, il faut bien le dire, reste une question de géopolitique sensible pour le XXIème siècle.

 

 

Le géographe rassasié.

Le géographe rassasié