© 2018 Armana Marsihés

BATEAU DE PROVENCE

Aro que sian dins lou mounde dóu plastique, la màji-part dei batèu en boues que travaiavon sus lei couesto prouvençalo an passa pèr uei, franc de la barqueto qu'es toujour bèn vivènto dins lei port prouvençau e lengadoucian.

 

Dins un tèms, pas tant aluencha qu'acò, poudian vèire dins nouèstrei port grand e pichoun, de tartano, de mourre-de-pouarc, de bèto, de gourso e, segur, de barqueto. Aquéleis embarcacien soun toujour dins la memòri dei vièi e lei fotò d'à passa tèms nous lei fan reviéure.

 

Pèr pas va faire à la longo, vous dirai que la tartano èro lou camioun de la mar que carrejavo un pau tout : lou mourre-de-pouarc èro lou vertadié batèu dei pescadou e dei pilot prouvençau, la bèto, à founs plat, navegavo sus la mar e leis estang e lou gourso, pas tròup poulit, èro lou batèu à tout faire. Aquélei batèu marchavon à la vèlo latino e à la vogo mai l'arribado dóu moutour a tout chanja. Lei tartano perdèron seis alo e si faguèron ramouca coumo de chalant, lei mourre-de-pouarc leissèron la plaço à la barqueto miés adatado au moutour, lei gourso dispareissèron e lei bèto fuguèron de mens en mens emplegado.

 

La barqueto, que li dien tambèn " pointu " à levant de La Ciéutat, es la souleto que tèn lou còup. Es toujour utilisado pèr lei pescadou e lei plasencié mai es un gros travai pèr l'entreteni : tiràgi regulié en terro, calafatàgi, pinturo, tout eiço fa que foueço gènt, mume se va regrèton, van si vira vers de batèu en plastique.

 

Fau arremarca peréu que la desparicien d'aquélei batèu faguè desparèisse lei terme prouvençau que l'èron estaca e que siguèron ramplaça pèr lei mot dei Pounentés. Es pas nouvèu, lou plus fouart esquicho lou mistoulin e la pauro lingo prouvençalo s'anequelisse toujour mai. Es bèn daumàgi, qu'aquélei mot marcon l'unita linguistico qu'eisisto dins lou voucabulàri dei marin prouvençau, lengadoucian, catalan, espagnòu e italian. Vous va mouéstri em'aquéu pichoun eisèmple : pèr lou mume nous, lei Francihot dien " nœud de chaise ", lei Prouvençau " ganso de man ", leis Italian " gasa d'amante " e lei Catalan " gasa de mà " e acò es parié pèr bessai setanto mot sus cènt.

 

Pèr acaba, mume se n'en-r-a que dien lei batèu en boues soun " à dous signau avans l'aussiero "[1], fau vèire que dins foueço port, l'a d'assouciacien que fan reviéure tóutei aquélei barco. A Marsiho, poudès vèire encaro, quand la brafounié es pas tròup marrido, navega à la latino de barqueto, de bèto e tambèn un pichoun mourre-de-pouarc. Sei patroun, mume se soun pas Prouvençau, emplegon pèr la màji-part lei mot d'eicito.

 

Barnat REMUZAT

 

[1] " dous signau avans l'aussiero " espressien de pescadou sardinaire, si raproucha de la mouart : se rèsto plus que dous signau, lou sardinau es quàsi sarpa e pèr metaforo, la mouart es pas lun.

Maintenant que nous sommes dans le monde du plastique, la plus grande partie des bateaux en bois qui travaillaient sur les côtes provençales a disparu, sauf la barquette qui est toujours bien vivante dans les ports languedociens et provençaux.

A une époque pas si lointaine que ça, on pouvait voir dans nos ports, grands et petits, des tartanes, des mourres de pouarc, des bettes, des gourses et bien sûr des barquettes. Ces embarcations sont restées dans la mémoire des anciens et les photos du temps passé nous les font revivre.

Sans trop m'étendre, je vous dirai que la tartane était le camion de la mer, transportant un peu de tout, le mourre de pouarc était le véritable bateau des pêcheurs et des pilotes, la bette à fond plat naviguait sur la mer et les étangs et le gourse, pas très élégant, était le bateau à tout faire. Ces embarcations marchaient à la voile et à l'aviron mais l'arrivée de la motorisation a tout bouleversé. Les tartanes perdirent leurs ailes et se firent remorquer comme des chalands, les mourres de pouarc laissèrent la place à la barquette mieux adaptée au moteur, les gourses disparurent et les bettes furent de moins en moins employées.

La barquette, appelée "pointu" à l'est de la Ciotat, est la seule qui résista. Elle est toujours utilisée  par les pêcheurs professionnels et les plaisanciers mais elle demande un gros travail d'entretien: tirages à terre réguliers, calfatage, peinture. Tout ceci amène beaucoup de gens, même s'ils le regrettent, à se tourner vers les bateaux en plastique.

Il faut remarquer aussi que la disparition de ces bateaux a contribué à la disparition des termes provençaux qui y étaient attachés et qui furent remplacés par des termes français. Ce n'est pas nouveau, le plus fort écrase le plus faible et la pauvre langue provençale s'affaiblit tous les jours un peu plus. C’est dommage car ce vocabulaire soulignait l'unité linguistique qui existe chez les marins provençaux, languedociens, catalans, espagnols et italiens. A titre d’exemple, pour le même nœud, les Francihots disent "nœud de chaise", les Provençaux "ganso de man", les Italiens "gasa d'amante" et les Catalans "gasa de mà" et c'est pareil pour peut-être 70% des termes marins.

Pour terminer, même si certains disent que les bateaux en bois sont voués à disparaître[1], il faut savoir que dans de nombreux ports, des associations redonnent vie à ces embarcations. A Marseille, vous pouvez encore voir, quand la tempête n'est pas trop forte, naviguer à la voile latine des barquettes, des bettes et même un petit mourre de pouarc. Leurs patrons, s'ils ne sont pas tous provençaux, emploient  pour la plupart  les termes locaux. 


Bernard REMUZAT

 

[1] De l'expression provençale utilisée par les pêcheurs "dous signau avans l'aussiero" signifiant "se rapprocher de la mort" : s'il ne reste plus que deux signaux, le filet est bientôt tiré et par métaphore, la mort est proche.
 

Bernard REMUZAT